reunion

Le décret n° 2018-920 du 26 octobre 2018 relatif au comité social et économique porte création de l’article R.2315-31-1 du code du travail, relatif au transfère de l’excédent annuel de son budget de fonctionnement sous certaines conditions.

Le comité social économique (CSE)

Le comité social et économique est une instance qui a été créée par l’ordonnance n° 2017-1387 du 22 septembre 2017 relative à la prévisibilité et la sécurisation des relations de travail.

En effet, celle-ci remplace et fusionne à la fois les délégués du personnel (DP), le comité d’entreprise (CE) ainsi que le comité d’hygiène de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)à compter du 1er janvier 2018 dans les entreprises dont les mandats de ses représentants du personnel arrivent à échéance.

En effet, celle-ci remplace et fusionne à la fois les délégués du personnel (DP), le comité d’entreprise (CE) ainsi que le comité d’hygiène de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)à compter du 1er janvier 2018 dans les entreprises dont les mandats de ses représentants du personnel arrivent à échéance.

En outre, le CSE doit être mis en place dans les entreprises d’au moins 11 salariés à partir du 1er janvier 2020. Il est à noter que les règles de calcul de l’effectif déterminant la mise en place du CSE, ont été modifiées par la loi pour le choix de son avenir professionnelle.

De surcroit, il dispose de plusieurs attributions selon l’effectif de l’entreprise, tel que le fait de présenter à l’employeur des réclamations individuelles ou collectives des salariés.

C’est pourquoi, les entreprises concernées ont pour obligation de tenir un registre de la délégation du personnel du CSE.

 

Modalités de transfert du budget de fonctionnement du CSE

L’article R.2315-31-1 du code du travail prévoit désormais la possibilité pour le comité social et économique de transférer l’excédent annuel du budget de fonctionnement destiné aux activités sociales et culturelles.

Toutefois, cette possibilité est limitée à 10 % dudit excédent.

Il est à noter qu’en vertu de l’article L.2315-61 du code du travail, l’employeur a l’obligation de verser une subvention de fonctionnement au CSE à hauteur de 0,20 % de la masse salariale brute dans les entreprises ayant un effectif de 50 à moins de 2 000 salariés, et de 0,22 % de la masse salariale brute dans les entreprises ayant un effectif au minimum égal à 2 000 salariés.

De même, l’employeur doit verser une contribution annuelle pour financer les institutions sociales du CSE selon les dispositions de l’article L.2312-81 du code du travail. Néanmoins, le montant de cette contribution est par principe fixé par accord d’entreprise.

Par conséquent, l’article R.2315-31-1 du code du travail permet l’application des dispositions relatives au choix de la consécration du budget de fonctionnement du CSE, de l’article L.2315-61 du même code.

En tout état de cause, les comptes annuels du comité social et économique sont arrêtés selon les modalités prévues par son règlement intérieur, et approuvés par les membres élus du comité réunis en séance plénière. Dès lors, la décision de transférer l’excédent susmentionné, est soumis à l’approbation de l’assemblée plénière des élus du CSE, conformément à l’article l’article L.2315-68.

 

Photo : Pixabay

Une question concernant une convention collective ? Concernant le droit social plus généralement ?
→ Nos juristes spécialistes vous répondent clairement et rapidement.
Comment ça marche ?
Je pose ma question ▶
À propos de l'auteur
Fatima Ben Hamouad

Fatima Ben Hamouad - Juriste au sein des Editions Legimedia.

Diplômée d'un master I en droit social, je suis juriste en droit social au sein des Éditions Legimedia. Possédant plusieurs expériences professionnelles dans le domaine juridique, j'ai pu développé de fortes compétences en droit du travail notamment dans les relations individuelles et les relations collectives, mais également en droit des contrat, et droit des affaires. [...]

À lire dans la catégorie Droit du travail
8 juillet 2020

Décret du 29 juin 2020 : quelles nouveautés pour les bénéficiaires de l’AAH ?

Décret du 29 juin 2020 : quelles nouveautés pour les bénéficiaires de l'AAH ?
Le 29 juin 2020, le gouvernement a adopté un décret relatif aux conditions d’attribution automatique aux bénéficiaires de l’allocation aux adultes handicapés [...]

Lire la suite →

6 juillet 2020

Activité partielle : Précisions apportées par le décret du 26 juin 2020

Décret n°2020-794 du 26 juin 2020
Un nouveau décret est paru au Journal officiel de la République française le 28 juin 2020 : il s’agit du décret n°2020-794 du 26 juin 2020 relatif à l’activité [...]

Lire la suite →

1 juillet 2020

L’analyse restrictive de la clause de non-concurrence claire et non équivoque

article clause de non-concurrence
Par un arrêt du 1er avril 2020 n°18-24.472, les juges sont venus confirmer le principe de l’acceptation claire et non équivoque de la clause de non-concurrence. Ainsi [...]

Lire la suite →

25 juin 2020

Activité partielle : adaptation du taux horaire de l’allocation

Ordonnance du 24 juin 2020 : activité partielle
En raison de la crise sanitaire engendrée par le covid-19, le système relatif au chômage partiel des salariés ne cesse d’être mis à jour, le tout étant d’adapter [...]

Lire la suite →

25 juin 2020

Le bore out : élément constitutif d’un harcèlement moral

bore out et harcèlement moral au travail
Par un arrêt de la cour d’appel de Paris du 2 juin 2020 (n°18-05421), les juges ont considéré que le bore out pouvait être un élément constitutif d’une [...]

Lire la suite →

À propos du blog des Éditions Legimedia

Les articles juridiques du blog des Éditions Legimedia sont rédigés en interne par des juristes spécialisés en droit social, après un travail de recherche approfondie, afin de vous apporter des informations claires, à jour des dernières dispositions légales et conformes.

Ce blog propose différentes catégories et thématiques liées à l’actualité du droit du travail et des conventions collectives (champs d’application, salaires, horaires de travail, congés, formation professionnelle, etc.), aux obligations de l’employeur en matière de sécurité et d’affichage, aux registres obligatoires ou encore à la mise en conformité d’une entreprise selon le code du travail.