Hospitalisation de l'enfant et dmande de report des congés

Les congés de paternité et de maternité ont subi quelques changements durant l’année 2019. En effet, une circulaire CNAMTS a indiqué qu’en cas d’hospitalisation du nouveau-né, le père bénéficie d’une prolongation de son congé paternité. Par ailleurs, un arrêt rendu par la cour d’Appel de Paris a récemment indiqué qu’une assurée doit anticiper sa demande de report de congé de maternité prénatal pour être indemnisée.

 
 
 
 

 

Prolongation du congé de paternité en cas d’hospitalisation de l’enfant

Il est de principe que le père de l’enfant à naître bénéficie d’un congé de paternité. Ce congé s’ouvre dans les 4 mois de la naissance de l’enfant, en sachant que ledit congé peut tout à fait se terminer au-delà des 4 premiers mois du nouveau-né.

En ce qui concerne la durée du congé, celle-ci s’élève à 11 jours calendaires pris de manière consécutive.

Toutefois, une circulaire CNAMTS (Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés) en date du 31 juillet 2019 a tenu à rappeler le fait que la loi de financement de la sécurité sociale pour 2019 (Article 72 de la loi n° 2018-1203 du 22 décembre 2018) avait créé un nouveau congé de paternité et d’accueil pour l’enfant. Ce congé est accordé dans un cas exceptionnel qui se trouve être l’hospitalisation du nouveau-né immédiatement après la naissance de celui-ci.

Le Code du travail indique effectivement en son article L. 1225-35 dernier alinéa que « Par dérogation aux trois premiers alinéas, lorsque l’état de santé de l’enfant nécessite son hospitalisation immédiate après la naissance dans une unité de soins spécialisée définie par arrêté des ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale, le congé de paternité et d’accueil de l’enfant est de droit pendant la période d’hospitalisation, dans la limite d’une durée maximale déterminée par décret ».

La durée de ce congé est plus longue que celle prévue au titre du congé de paternité. En effet, le père bénéficie de 30 jours de congés consécutifs devant être pris dans les 4 mois suivant la naissance de l’enfant hospitalisé.

Il est à préciser que le congé ne doit pas obligatoirement être pris à compter du premier jour d’hospitalisation de l’enfant, puisque la LFSS pour 2019 indique qu’il est possible pour le père de prendre le congé plus tard, c’est-à-dire entre 1 et 3 mois à compter la date d’entrée du nouveau-né à l’hôpital, tout en respectant la limite de 30 jours.

A titre informatif, ce type de congé fait partie des congés de droit auxquels ont droit les travailleurs salariés, de sorte qu’ils n’ont pas à requérir l’avis de leur employeur au préalable. En revanche, ce dernier doit être averti de la prise du congé « sans délai ».

 

Anticipation de la demande de report du congé de maternité

Il est de principe que le congé de maternité soit fixé à 16 semaines réparties de la manière suivante : 6 semaines avant la date présumée de l’accouchement, et 10 semaines après l’accouchement.

L’arrêt rendu par la cour d’Appel de Paris le 14 juin 2019 est intéressant puisqu’il met en lumière une précision de taille en ce qui concerne les modalités de prise du congé de maternité intervenant avant l’accouchement de la salariée considérée.

Les alinéas 2e des articles L. 1225-17 et L. 1225-19 du Code du travail indiquent en effet qu’il est possible pour la salariée de réduire la durée de son congé prénatal de 3 semaines au maximum, mais sous réserve d’en faire la demande et que le professionnel de santé suivant sa grossesse donne son accord. Il est important de préciser que la réduction du congé prénatal a pour conséquence d’allonger le congé postnatal.

Toutefois, à l’instar de la Cour de cassation en 2013 (Cass. 2e civ. 25 avril 2013, n° 12-17.769), par un arrêt en date du 14 juin 2019, la cour d’Appel de Paris a tenu à rappeler que la réduction du congé prénatal ne peut intervenir qu’à la condition de justifier d’une prescription médicale datée antérieurement à la date du début de congé de maternité prénatal.

Par ailleurs, l’arrêt de juin 2019 précise que pour éviter le versement automatique des indemnités journalières au titre de la maternité de la salariée enceinte, il convient de présenter à la caisse primaire d’assurance maladie de la salariée ladite demande de report de congés.

A titre indicatif, les conventions collectives traitent pour la plus grande majorité d’entre elles du congé de maternité, à l’exemple notamment de la convention collective nationale SYNTEC n°3018 au sein de laquelle on retrouve une partie dédiée au congé de maternité, d’adoption, de présence parentale et congé parental d’éducation.

 

Convention collective Syntec n° 3018

Disponible en PDF, livre ou en abonnement illimité (avec alertes de mises à jour)

Accédez à la CCN 3018

 
 
 

Lire : Que contient le panneau des départs en congés ?

Lire : Quelles sont les incidences en cas de maladie pendant ou avant les congés payés ?

Lire : Quels sont les points essentiels du congé de maternité ?

 
 
 
 

Photo : Pixabay

Une question concernant une convention collective ? Concernant le droit social plus généralement ?
→ Nos juristes spécialistes vous répondent clairement et rapidement.
Comment ça marche ?
Je pose ma question ▶
À propos de l'auteur
Mélanie Mary

Mélanie Mary - Juriste au sein des Editions Legimedia.

Diplômée d'un Master II Droit de la protection sociale, j’ai intégré les Éditions Legimedia en tant que juriste en Droit social. [...]

À lire dans la catégorie Droit du travail
8 juillet 2020

Décret du 29 juin 2020 : quelles nouveautés pour les bénéficiaires de l’AAH ?

Décret du 29 juin 2020 : quelles nouveautés pour les bénéficiaires de l'AAH ?
Le 29 juin 2020, le gouvernement a adopté un décret relatif aux conditions d’attribution automatique aux bénéficiaires de l’allocation aux adultes handicapés [...]

Lire la suite →

6 juillet 2020

Activité partielle : Précisions apportées par le décret du 26 juin 2020

Décret n°2020-794 du 26 juin 2020
Un nouveau décret est paru au Journal officiel de la République française le 28 juin 2020 : il s’agit du décret n°2020-794 du 26 juin 2020 relatif à l’activité [...]

Lire la suite →

1 juillet 2020

L’analyse restrictive de la clause de non-concurrence claire et non équivoque

article clause de non-concurrence
Par un arrêt du 1er avril 2020 n°18-24.472, les juges sont venus confirmer le principe de l’acceptation claire et non équivoque de la clause de non-concurrence. Ainsi [...]

Lire la suite →

25 juin 2020

Activité partielle : adaptation du taux horaire de l’allocation

Ordonnance du 24 juin 2020 : activité partielle
En raison de la crise sanitaire engendrée par le covid-19, le système relatif au chômage partiel des salariés ne cesse d’être mis à jour, le tout étant d’adapter [...]

Lire la suite →

25 juin 2020

Le bore out : élément constitutif d’un harcèlement moral

bore out et harcèlement moral au travail
Par un arrêt de la cour d’appel de Paris du 2 juin 2020 (n°18-05421), les juges ont considéré que le bore out pouvait être un élément constitutif d’une [...]

Lire la suite →

À propos du blog des Éditions Legimedia

Les articles juridiques du blog des Éditions Legimedia sont rédigés en interne par des juristes spécialisés en droit social, après un travail de recherche approfondie, afin de vous apporter des informations claires, à jour des dernières dispositions légales et conformes.

Ce blog propose différentes catégories et thématiques liées à l’actualité du droit du travail et des conventions collectives (champs d’application, salaires, horaires de travail, congés, formation professionnelle, etc.), aux obligations de l’employeur en matière de sécurité et d’affichage, aux registres obligatoires ou encore à la mise en conformité d’une entreprise selon le code du travail.