revenus

Les articles 2 et 3 du projet de loi portant mesures d’urgence économiques et sociales en date du 19 décembre 2018, proposent d’exonérer les cotisations salariales des heures supplémentaires et complémentaires au 1er janvier 2019. De plus, ce projet suggère de réduire le taux de la CSG pour certains retraités disposant de ressources limitées à un plafond, dès le 1er janvier prochain.


 
 
 
 

 

Exonération des charges fiscales et sociales des heures supplémentaires et complémentaires

L’article 2 du projet de loi propose d’instaurer l’exonération de cotisations salariales dues au titre des heures supplémentaires et complémentaires effectuées au 1er janvier 2019. En effet, l’entrée en vigueur de ce dispositif était initialement prévu au 1er septembre 2019, néanmoins, l’objectif est d’anticiper ce processus au 1er janvier 2019.

De surcroit, le projet de loi précise également une défiscalisation de la rémunération versée au titre des heures supplémentaires dans une limite annuelle de 5 000 euros, effectuées à partir du 1er janvier 2019.

Le présent texte indique que les mesures précitées permettront à un salarié au SMIC d’être rémunéré dès janvier 2019 à hauteur de 155 euros pour 109 heures supplémentaires effectuées, au lieu de 39 euros si le texte entre en vigueur seulement le 1er septembre 2019.

 

Baisse de la CSG pour certains foyers de retraités en 2019

Le taux de la CSG a été augmenté de 1,7 point sur tous les revenus de retraites assujettis aux taux plein de CSG en 2018, notamment pour un retraité, personne seule ne percevant pas d’autres ressources que des revenus de remplacement telle que la pension de retraite ou d’invalidité (…). Le revenu fiscal de référence N-2 de chaque retraité doit être compris entre 14 548 euros et 22 580 euros par an.

Ainsi, l’article 3 du projet de loi propose de réduire le taux de CSG pour un retraité seul ne percevant pas d’autres revenus, que sa pension inférieure à 2 000 euros net mensuels en 2019. En effet, ce revenu sera alors assujetti au taux de 6,6 % de CSG et non plus à 8,3 % en 2019. En effet, dans cette situation le retraité sera alors exonéré de la hausse de 1,7 point de la CSG.

A contrario, lorsqu’un retraité perçoit une pension de retraite supérieure à 2 000 euros, il ne sera pas exonéré de ladite hausse de la CSG.

Enfin, les titulaires des revenus de remplacement (inférieurs à 2 000 euros) peuvent être prélevés au taux de 8,8 % de la CSG, sans que l’exonération de 1,7 point ne leur soit appliquée dès le début d’année 2019, toutefois, un remboursement desdits prélèvements effectués en début d’année pourront intervenir au plus tard le 1er juillet 2019, dans les conditions fixées par décret.

 
 

Photo : Pixabay

Une question concernant une convention collective ? Concernant le droit social plus généralement ?
→ Nos juristes spécialistes vous répondent clairement et rapidement.
Comment ça marche ?
Je pose ma question ▶
À propos de l'auteur
Leïla Fouamouz

Leïla Fouamouz - Juriste au sein des Editions Legimedia.

Diplômée d'un master en droit social, j'exerce actuellement les fonctions de juriste en droit social au sein des Editions Legimedia. Je justifie de plusieurs expériences dans le domaine juridique, en effet, j'ai eu une expérience en cabinet d'avocat au cours de laquelle j'ai pu aborder des dossiers relatifs au droit social. De même, j'ai été juriste au sein d'une entreprise au sein de laquelle j'étais confronté à des dossiers tant relatifs au droit privé qu'au droit public. Enfin, j'ai été juriste bénévole auprès d'une association, ce qui m'a permis de consolider mes connaissances en droit. [...]

À lire dans la catégorie Actualités du droit
31 mars 2020

L’impact du coronavirus sur les obligations de l’employeur

l'impact du coronavirus sur les obligations de l'employeur
Face à la pandémie du coronavirus à laquelle le monde est confronté, la question des obligations de l’employeur par rapport à la mise en œuvre des moyens de protection [...]

Lire la suite →

19 février 2020

Recours au travail de nuit : Principe et mise en garde de la Cour de cassation

Travail de nuit des salariés
Il arrive que certains secteurs professionnels nécessitent le recours au travail de nuit, thématique récurrente figurant au sein des conventions collectives nationales, [...]

Lire la suite →

13 février 2020

Les manquements persistants de l’employeur : Une possible prise d’acte

prise d'acte liée aux manquements persistants de l'employeur
Par un arrêt du 15 janvier 2020 (n°18-23417), les juges sont venus affirmer le principe selon lequel les manquements persistants de l’employeur pouvaient être la [...]

Lire la suite →

12 février 2020

Mise en place du CSE : effectifs et obligations de l’employeur

CSE: calcul des seuils d'effectif de l'entreprise : obligation de l'employeur
Au sein d’une entreprise détenant un effectif d’au moins 11 salariés sur 12 mois consécutifs, l’employeur se trouve dans l’obligation de mettre [...]

Lire la suite →

13 janvier 2020

Mise à jour 2020 : affichage obligatoire en entreprise

CCN 3098 : industries de l'habillement
Certaines indications relatives aux relations sociales et conditions de travail doivent être obligatoirement indiquées dans les entreprises soit par voie d’affichage [...]

Lire la suite →

À propos du blog des Éditions Legimedia

Les articles juridiques du blog des Éditions Legimedia sont rédigés en interne par des juristes spécialisés en droit social, après un travail de recherche approfondie, afin de vous apporter des informations claires, à jour des dernières dispositions légales et conformes.

Ce blog propose différentes catégories et thématiques liées à l’actualité du droit du travail et des conventions collectives (champs d’application, salaires, horaires de travail, congés, formation professionnelle, etc.), aux obligations de l’employeur en matière de sécurité et d’affichage, aux registres obligatoires ou encore à la mise en conformité d’une entreprise selon le code du travail.