Le licenciement d’une travailleuse enceinte dans le cadre d’un licenciement collectif n’est pas contraire aux dispositions de la directive 92/85/CEE, dès lors qu’il est motivé (CJUE 22 févr. 2018, aff. C-103/16).

Dans les faits, une entreprise espagnole engage une consultation des représentants des travailleurs (syndicats) afin de procéder à un licenciement collectif. Un accord est alors signé par les parties établissant les critères à appliquer pour choisir les travailleurs à licencier et les critères établissant une priorité de maintien des postes dans l’entreprise. Mais, une salariée s’est vue notifier son licenciement alors qu’elle était enceinte. Après l’échec de la tentative de conciliation lancée par la salariée, celle-ci a saisi la juridiction du travail espagnole et ses recours ont été rejetés. Ainsi, la Cour supérieure de justice de Catalogne a saisi la CJUE afin qu’elle puisse déterminer la conformité de la réglementation espagnole avec les dispositions de la directive 92/85/CEE visant à promouvoir l’amélioration de la sécurité et de la santé des travailleuses enceintes, accouchées ou allaitantes au travail. 

 

Le licenciement d’une salariée enceinte conforme à la directive lorsqu’il est motivé et admis par une réglementation nationale :

La Cour considère qu’une décision de licenciement prise, pendant la période allant du début de la grossesse jusqu’au terme du congé de maternité, pour des motifs non liés à l’état de grossesse de la travailleuse n’est pas contraire à la directive 92/85 si l’employeur donne par écrit des motifs justifiés de licenciement et que le licenciement de l’intéressée est admis par la législation et/ou la pratique de l’État membre concerné.

 

La validation d’une réglementation nationale permettant de licencier une salariée enceinte dans le cadre d’un licenciement collectif :

La Cour déclare qu’une réglementation nationale permettant de justifier le licenciement d’une salariée enceinte en ne lui fournissant que les critères ayant permis d’aboutir au licenciement collectif est conforme aux dispositions de la directive 92/85/CEE.

 

L’affirmation du principe d’une réglementation nationale interdisant le licenciement d’une travailleuse enceinte :

La Cour affirme le principe d’une réglementation nationale interdisant le licenciement d’une travailleuse enceinte. En effet, la directive 92/85 s’oppose à une réglementation nationale qui n’interdit pas le licenciement d’une travailleuse enceinte, accouchée ou allaitante à titre préventif, et qui prévoit uniquement, à titre de réparation, la nullité de ce licenciement lorsque celui-ci est illégal. Donc, la finalité de la directive est double : à titre préventif elle vise à protéger cette catégorie de travailleuses contre une éventuelle mesure de licenciement et par ailleurs, elle cherche à les protéger contre les conséquences d’un tel licenciement.

La Cour de justice de l’Union européenne conclu en affirmant que « la protection même à titre de réparation dans l’hypothèse où elle aboutirait à la réintégration de la travailleuse licenciée et au versement des salaires non perçus en raison du licenciement ne peut remplacer la protection à titre préventif ». Donc, une législation nationale ne prévoyant que la nullité du licenciement à titre de réparation serait contraire à la finalité de la directive et à la double protection qu’elle prévoit.

 

La validité d’une réglementation nationale ne prévoyant ni une priorité de maintien des postes, ni une priorité de reclassement applicable au licenciement collectif pour les travailleuses enceintes, accouchées ou allaitantes :

La Cour déclare que la directive 92/85 ne s’oppose pas à une réglementation nationale qui, dans le cadre d’un licenciement collectif, ne prévoit ni une priorité de maintien des postes ni une priorité de reclassement applicables préalablement à ce licenciement, pour les travailleuses enceintes, accouchées ou allaitantes. En effet, la directive 92/85 n’impose pas aux États membres de prévoir de telles priorités. Néanmoins, puisque la directive ne contient que des prescriptions minimales, les États membres ont la faculté de garantir une protection plus élevée aux travailleuses enceintes, accouchées ou allaitantes.

Photo : Pixabay

Une question concernant une convention collective ? Concernant le droit social plus généralement ?
→ Nos juristes spécialistes vous répondent clairement et rapidement.
Comment ça marche ?
Je pose ma question ▶
À propos de l'auteur
Fatima Ben Hamouad

Fatima Ben Hamouad - Juriste au sein des Editions Legimedia.

Diplômée d'un master I en droit social, je suis juriste en droit social au sein des Éditions Legimedia. Possédant plusieurs expériences professionnelles dans le domaine juridique, j'ai pu développé de fortes compétences en droit du travail notamment dans les relations individuelles et les relations collectives, mais également en droit des contrat, et droit des affaires. [...]

À lire dans la catégorie Droit du travail
8 juillet 2020

Décret du 29 juin 2020 : quelles nouveautés pour les bénéficiaires de l’AAH ?

Décret du 29 juin 2020 : quelles nouveautés pour les bénéficiaires de l'AAH ?
Le 29 juin 2020, le gouvernement a adopté un décret relatif aux conditions d’attribution automatique aux bénéficiaires de l’allocation aux adultes handicapés [...]

Lire la suite →

6 juillet 2020

Activité partielle : Précisions apportées par le décret du 26 juin 2020

Décret n°2020-794 du 26 juin 2020
Un nouveau décret est paru au Journal officiel de la République française le 28 juin 2020 : il s’agit du décret n°2020-794 du 26 juin 2020 relatif à l’activité [...]

Lire la suite →

1 juillet 2020

L’analyse restrictive de la clause de non-concurrence claire et non équivoque

article clause de non-concurrence
Par un arrêt du 1er avril 2020 n°18-24.472, les juges sont venus confirmer le principe de l’acceptation claire et non équivoque de la clause de non-concurrence. Ainsi [...]

Lire la suite →

25 juin 2020

Activité partielle : adaptation du taux horaire de l’allocation

Ordonnance du 24 juin 2020 : activité partielle
En raison de la crise sanitaire engendrée par le covid-19, le système relatif au chômage partiel des salariés ne cesse d’être mis à jour, le tout étant d’adapter [...]

Lire la suite →

25 juin 2020

Le bore out : élément constitutif d’un harcèlement moral

bore out et harcèlement moral au travail
Par un arrêt de la cour d’appel de Paris du 2 juin 2020 (n°18-05421), les juges ont considéré que le bore out pouvait être un élément constitutif d’une [...]

Lire la suite →

À propos du blog des Éditions Legimedia

Les articles juridiques du blog des Éditions Legimedia sont rédigés en interne par des juristes spécialisés en droit social, après un travail de recherche approfondie, afin de vous apporter des informations claires, à jour des dernières dispositions légales et conformes.

Ce blog propose différentes catégories et thématiques liées à l’actualité du droit du travail et des conventions collectives (champs d’application, salaires, horaires de travail, congés, formation professionnelle, etc.), aux obligations de l’employeur en matière de sécurité et d’affichage, aux registres obligatoires ou encore à la mise en conformité d’une entreprise selon le code du travail.