Maladie professionnelle : la reprise du salarié après qu'elle ait été reconnue

Une fois que l'arrêt de travail du salarié victime d'une maladie professionnelle a pris fin il se pose la question de savoir ce qu'il en est de son retour en entreprise.

 
 
 
 

Découvrez notre dossier dédié aux maladies professionnelles
 

Comment déclarer une maladie professionnelle ?

Au niveau des démarches, il ne revient pas à l'employeur de déclarer la maladie professionnelle. En effet, c'est au salarié de réaliser la déclaration de reconnaissance de sa maladie professionnelle pour que le caractère professionnel lui soit reconnu.

Quelle est la procédure de reconnaissance de la maladie professionnelle (dossier) ?

A compter de son rendez-vous passé chez son médecin traitant afin de faire constater la maladie dont il est atteint par voie de certificat médical, le salarié dispose d'un délai de 15 jours afin d'envoyer une demande de reconnaissance de maladie professionnelle auprès de l'organisme de sécurité sociale dont il dépend (CPAM ou MSA).

En effet, il revient à l'organisme de sécurité sociale de se prononcer sur le lien possible entre l'activité professionnelle du salarié, et la maladie qu'il a pu contracter.

La demande de reconnaissance du caractère professionnel de la maladie s'établit sous la forme d'un document CERFA.

L'employeur ne participe pas à l'élaboration de la demande de reconnaissance de la maladie professionnelle. Les seuls moments où il lui est possible de prendre part à la reconnaissance de la maladie professionnelle de son salarié est :

  • Lorsque l'employeur se trouve dans le délais imparti pour donner ses observations ;
  • A compter de la décision de reconnaissance de maladie professionnelle par la CPAM (ou la MSA).

Quelle est la liste des tableaux de maladie professionnelle ?

Les tableaux de maladie professionnelle sont annexés au Code de la sécurité sociale.

C'est à partir de ces tableaux que le caractère professionnel de la maladie est reconnu par les organismes de sécurité sociale.

Actuellement, il existe 112 tableaux de maladie professionnelles. Chacun de ces tableaux s'organise de la manière suivante :

  • Une colonne est dédiée à la désignation de la nature de la maladie ;
  • Une seconde est dédiée au délai de prise en charge de la maladie ;
  • Une troisième est réservée à la liste indicative des principaux travaux.

Plusieurs situations sont envisagées :

  • Soit le salarié en arrêt de travail bénéficie de la présomption d'imputabilité au titre de laquelle il est reconnu que sa maladie est bien d'origine professionnelle du fait que la maladie figure bien au sein des tableaux de maladie professionnelle ;
  • Soit le salarié en arrêt de travail ne peut pas bénéficier de la présomption d'imputabilité dans la mesure où : sa maladie n'est pas présente dans les tableaux de la maladie professionnelle / sa maladie est présente dans l'un des tableaux mais qu'elle ne remplit pas toutes les conditions.

 

Quels sont les droits du salarié au retour dans son entreprise ?

A compter de la fin de son arrêt de travail, il est l'heure pour le salarié dont l'origine professionnelle de la maladie avait été reconnue par la CPAM ou la MSA d'envisager son retour en entreprise.

Employeur : le retour en emploi de son salarié à l'issue de son arrêt de travail

Le retour du salarié victime d'une maladie d'origine professionnelle est marqué par la visite de reprise chez le médecin du travail. Cette visite est organisée par l'employeur et doit se tenir dans les 8 jours de la reprise du travail par le salarié.

Au titre de la visite de reprise, il se peut que le médecin du travail constate l’inaptitude du salarié à reprendre son poste de travail à l’issue de son arrêt de travail. Il lui délivrera à cet effet un avis d’inaptitude.

Le salarié pourra également se voir recommander par le médecin du travail des mesures de changement au niveau du poste de travail du salarié. Ces changement se manifestent :

  • Par des aménagements et adaptations de son poste de travail ;
  • Ou encore, par la proposition d'un poste reclassement, ou d'une formation professionnelle.

Comment faire pour toucher une rente ?

La question de la rente accordée au titre d'une maladie professionnelle se pose à compter du moment où le salarié se voit attribuer un taux d'incapacité permanente.

En effet, c'est à compter de la date de consolidation de la maladie du salarié qu'il pourra être envisagé d'attribuer à ce dernier un taux d'incapacité permanente proposé par le médecin conseil de l'organisme de sécurité sociale dont dépend le salarié.

L’indemnité versée au salarié dont l'état d'incapacité permanente a été constaté prendra la forme d'une rente ou d'un capital.

Par conséquent :

  • Il s'agira d'un capital si le taux d'incapacité permanente est inférieur à 10% ;
  • Il s'agira d'une rente si le taux d'incapacité permanente est supérieur ou égal à 10%.

Afin de connaître les délais applicables en matière de reconnaissance de la maladie professionnelle, vous pouvez télécharger le dossier suivant :

Tout savoir sur la déclaration d’une maladie professionnelle en entreprise
 
 
 

Photo : Freepik

À propos de l'auteur
Mélanie Mary

Mélanie Mary - Juriste au sein des Editions Legimedia.

Diplômée d'un Master II Droit social - Droit de la protection sociale, j’ai intégré les Éditions Legimedia en tant que juriste en Droit social. [...]

À lire dans la catégorie Droit du travail
13 janvier 2023

Maladie professionnelle : comment la définir ?

Définition de la maladie professionnelle
Dans le cadre de la vie professionnelle, un salarié peut tomber malade, et il se peut que la maladie qu'il a contracté trouve son origine dans l'exécution de [...]

Lire la suite →

8 décembre 2022

Culture d’entreprise « Fun and pro » : Que peut imposer l’employeur ?

Culture d’entreprise « Fun and pro » : Que peut imposer l’employeur ?
Respect, engagement, esprit d'équipe, image, force d'adaptation à l'environnement : la notion de culture d'entreprise correspond à un ensemble de valeurs [...]

Lire la suite →

29 novembre 2022

Qu’est-ce que l’avis d’inaptitude ? Peut-il être contesté ?

Qu'est-ce que l'avis d'inaptitude ? Peut-il être contesté ?
Par principe, l’avis d’inaptitude doit être rendu par le médecin du travail dans l’hypothèse où l’état de santé physique ou mental du salarié ne lui permettrait [...]

Lire la suite →

25 novembre 2022

Quelles sont les indemnités versées au salarié en cas d’accident du travail ?

Indemnisation du salarié victime d'un accident du travail
Lorsqu'un salarié est placé en arrêt de travail suite à un accident du travail, il a droit à des indemnités versées par la sécurité sociale (caisse primaire [...]

Lire la suite →

25 novembre 2022

Qu’est-ce qu’un accident du travail ?

Comment définir un accident du travail ?
En tant qu'employeur, le chef d'entreprise est confronté au risque qu'un accident se réalise à l'égard de l'un de ses salariés au sein de son [...]

Lire la suite →

À propos du blog des Éditions Legimedia

Les articles juridiques du blog des Éditions Legimedia sont rédigés en interne par des juristes spécialisés en droit social, après un travail de recherche approfondie, afin de vous apporter des informations claires, à jour des dernières dispositions légales et conformes.

Ce blog propose différentes catégories et thématiques liées à l’actualité du droit du travail et des conventions collectives (champs d’application, salaires, horaires de travail, congés, formation professionnelle, etc.), aux obligations de l’employeur en matière de sécurité et d’affichage, aux registres obligatoires ou encore à la mise en conformité d’une entreprise selon le code du travail.