Le licenciement justifié par la mauvaise volonté délibérée du salarié Employeur Carence

Dans un arrêt en date du 9 mars 2017, la Cour de cassation affirme que l’insuffisance professionnelle ne constitue pas une faute professionnelle. Elle ne peut donc pas motiver un licenciement pour faute. Toutefois, un tel licenciement peut être justifié si le salarié fait preuve d’une mauvaise volonté délibérée (Cass. soc., 9 mars 2017, n°15-28347).

La définition de l’insuffisance professionnelle

L’insuffisance professionnelle est l’inaptitude du salarié à exécuter son travail de façon satisfaisante. Plus précisément, il s’agit de l’incapacité d’un salarié à accomplir correctement la prestation de travail et elle se traduit notamment par des échecs, des erreurs et des négligences involontaires.

Il ne s’agit pas d’un manquement du salarié à ses obligations, mais de son incompétence à exécuter sa mission malgré les efforts d’adaptation et de formation entrepris par l’employeur. L’insuffisance professionnelle peut potentiellement donner lieu à un licenciement par l’employeur, à condition que l’employeur rapporte des faits objectifs, précis et vérifiables.

L’insuffisance professionnelle doit être appréciée en fonction d’un ensemble de données telles que la qualification qui était celle du salarié à l’embauche, les conditions de travail, l’ancienneté dans le poste et la formation professionnelle reçue.

 

Le licenciement justifié par la mauvaise volonté délibérée du salarié

Dans cette affaire, le salarié avait fait l’objet d’une mise à pied disciplinaire à cause du faible nombre d’opérations qu’il avait réalisé par rapport à ses collègues et il lui était également reproché de ne pas avoir utilisé les outils informatiques mis à sa disposition.

En principe, l’insuffisance professionnelle ne constitue pas une faute disciplinaire. Il est donc impossible de licencier un salarié pour faute sur ce seul motif. En revanche, il est possible de prononcer un licenciement pour faute si les manquements constatés sont consécutifs à la mauvaise volonté délibérée du salarié.

La Cour de cassation a considéré que la carence du salarié était fautive et que sa poursuite sur une longue période malgré les suivis professionnels justifiait la sanction. Le licenciement est donc valable car il est fondé sur la mauvaise volonté délibérée du salarié.

 

À lire : Quels sont les motifs de licenciement ?

 

Photo : Pixabay

À propos de l'auteur
Amandine Chapou

Amandine Chapou - Juriste au sein des Editions Legimedia.

Diplômée du Master II Droit privé économique, je suis juriste au sein des Éditions Legimedia. Via différentes expériences professionnelles, aussi bien dans des cabinets d'avocats que dans des entreprises, j'ai pu développer des compétences en droit de la consommation, droit de la concurrence, droit de la distribution, droit de la propriété intellectuelle, droit social et droit des contrats. [...]

À lire dans la catégorie Actualités du droit
21 octobre 2016

Une sanction ne peut être prononcée à l’égard du salarié que si elle est prévue dans le règlement intérieur

Règlement intérieur 2022
LE règlement intérieur est un document important dans une entreprise. Cela est confirmé par un arrêt de la cour d’appel de Rennes en date du 7 septembre 2016 qui [...]

Lire la suite →

17 mai 2016

La remise tardive d’un bulletin de salaire par l’employeur n’est plus systématiquement sanctionnée

bulletin de paie certificats de travail employeur
L’arrêt de la Cour de cassation en date du 13 avril 2016 semble venir modifier sa jurisprudence antérieure quant au manquement de l’employeur à certaines de [...]

Lire la suite →

À propos du blog des Éditions Legimedia

Les articles juridiques du blog des Éditions Legimedia sont rédigés en interne par des juristes spécialisés en droit social, après un travail de recherche approfondie, afin de vous apporter des informations claires, à jour des dernières dispositions légales et conformes.

Ce blog propose différentes catégories et thématiques liées à l’actualité du droit du travail et des conventions collectives (champs d’application, salaires, horaires de travail, congés, formation professionnelle, etc.), aux obligations de l’employeur en matière de sécurité et d’affichage, aux registres obligatoires ou encore à la mise en conformité d’une entreprise selon le code du travail.