Médecin du travail Salarié Employeur

La loi Travail a modifié la procédure de constatation de l’inaptitude physique. Ce changement est détaillé dans le décret n°2016-1908 du 27 décembre 2016 et s’inscrit dans une volonté d’allègement de la surveillance médicale des salariés.


 
 
 
 
 
 

Les conditions nécessaires à la constatation de l’inaptitude physique

L’inaptitude physique signifie que l’état de santé du salarié ne lui permet pas d’occuper le poste de travail.

Les modalités de constatation de l’inaptitude physique sont désormais précisées aux articles R4624-42 et suivants du code du travail.

Ces nouvelles modalités s’appliquent à tous les travailleurs dès le premier examen médical effectué à compter du 1er janvier 2017 :

  • Un ou plusieurs examens médicaux en cas de nécessité

Le médecin du travail doit, avant toute chose, pratiquer au moins un examen médical. D’autres examens médicaux peuvent avoir lieu en cas de nécessité. L’exigence des deux examens médicaux a donc disparu. Au cours de cet examen, le médecin doit échanger avec le salarié sur les mesures d’aménagement, d’adaptation ou de mutation de poste envisageables, ou à défaut sur un changement de poste.

  • Une étude de poste

Ensuite, comme c’était le cas auparavant, le médecin doit réaliser ou faire réaliser une étude du poste du salarié. Il s’agit d’une procédure visant à se renseigner sur les conditions de travail des salariés.

  • Une étude des conditions de travail

Il doit également réaliser ou faire réaliser une étude des conditions de travail dans l’établissement et indiquer la date à laquelle la fiche d’entreprise a été actualisée. Cette fiche d’entreprise est établie par le médecin du travail et elle comprend les risques professionnels existants et les effectifs qui y sont exposés. Elle permet un repérage rapide des risques dans l’entreprise.

  • Des échanges entre le médecin du travail, l’employeur et le salarié

Enfin, la constatation de l’inaptitude physique du salarié est désormais obligatoirement précédée d’échanges entre le médecin, le salarié et l’employeur. Ces échanges ont pour objet de permettre aux parties de faire valoir leurs observations sur les avis et les propositions que le médecin entend adresser.

 

La notification de l’avis d’inaptitude physique

Cette notification intervient une fois que les étapes préalablement détaillées ont été respectées. Néanmoins, si le médecin a pratiqué deux examens médicaux, la notification de l’inaptitude intervient au plus tard à la date du second examen, conformément à l’article R4624-42 du code du travail. Cet article précise également que « le médecin du travail peut mentionner dans cet avis que tout maintien du salarié dans un emploi serait gravement préjudiciable à sa santé ou que l’état de santé du salarié fait obstacle à tout reclassement dans un emploi ».

Enfin, selon l’article R4624-44, les motifs de l’avis du médecin de travail sont consignés dans le dossier médical en santé du travailleur.

 

À lire : Quelles sont les obligations de l’employeur suite à la constatation de l’inaptitude professionnelle d’un salarié ?

 
 

Photo : Pixabay

Une question concernant une convention collective ? Concernant le droit social plus généralement ?
→ Nos juristes spécialistes vous répondent clairement et rapidement.
Comment ça marche ?
Je pose ma question ▶
À propos de l'auteur
Amandine Chapou

Amandine Chapou - Juriste au sein des Editions Legimedia.

Diplômée du Master II Droit privé économique, je suis juriste au sein des Éditions Legimedia. Via différentes expériences professionnelles, aussi bien dans des cabinets d'avocats que dans des entreprises, j'ai pu développer des compétences en droit de la consommation, droit de la concurrence, droit de la distribution, droit de la propriété intellectuelle, droit social et droit des contrats. [...]

À lire dans la catégorie Actualités du droit
28 mai 2020

Chômage partiel : Nouveauté au 1er juin 2020

Nouveauté en termes d'indemnisation du chômage partiel (01/06/20)
Le Premier ministre Edouard Philippe avait eu l’occasion d’annoncer lors de son discours en date du 28 avril dernier que le dispositif relatif au chômage partiel [...]

Lire la suite →

19 mai 2020

Covid-19 : la subvention « Prévention Covid » en faveur des TPE

subvention covid-19
La crise sanitaire à laquelle la France fait actuellement face impacte inévitablement les entreprises. Pour que le retour de leurs salariés se fasse en toute sécurité, [...]

Lire la suite →

7 mai 2020

Covid-19 : Les délais relatifs à la consultation et à l’information du CSE

information et consultation CSE covid-19
La crise sanitaire du Covid-19 à laquelle doit faire face aujourd’hui la population française est exceptionnelle et aboutie à une transformation des règles dans [...]

Lire la suite →

5 mai 2020

Quel type de masque de protection se procurer pour vous et votre entreprise ?

Les types de masque de protection
Le port du masque de protection est plus que jamais recommandé au cours de vos déplacements dans un contexte d’état d’urgence sanitaire comme celui que nous [...]

Lire la suite →

4 mai 2020

Mesures exceptionnelles : réduction de certains délais d’extension d’accords

Covid-19 : Nouveaux délais d'extension des accords collectifs
Dans le cadre de la crise sanitaire suscitée par le covid-19 et à laquelle fait face la population française, des dispositions particulières ont été adoptées au niveau [...]

Lire la suite →

À propos du blog des Éditions Legimedia

Les articles juridiques du blog des Éditions Legimedia sont rédigés en interne par des juristes spécialisés en droit social, après un travail de recherche approfondie, afin de vous apporter des informations claires, à jour des dernières dispositions légales et conformes.

Ce blog propose différentes catégories et thématiques liées à l’actualité du droit du travail et des conventions collectives (champs d’application, salaires, horaires de travail, congés, formation professionnelle, etc.), aux obligations de l’employeur en matière de sécurité et d’affichage, aux registres obligatoires ou encore à la mise en conformité d’une entreprise selon le code du travail.