Parité aux élections professionnelles

Le 17 août 2015 a été votée la loi Rebsamen (n°2015-994) relative au dialogue social et à l’emploi.

L’exigence de parité issue de cette loi a fait l’objet d’une série d’arrêts de la cour de cassation en date du 11 décembre 2019. Ces décisions précisent les conditions d’application des règles dans le cadre des élections professionnelles.

Devront être mis en œuvre :

– le respect de la parité femmes-hommes dans la composition de la liste de candidats

– l’alternance femmes-hommes en tête de liste

 
 
 
 

Composition des listes : parité et alternance

  • L’exigeance de parité

Les modalités d’organisation des élections sont définies par le protocole préélectoral qui est un accord entre l’employeur et les organisations syndicales.

Les dispositions légales (article L.2314-11 du Code du travail) prévoient la création de deux collèges :

– ouvriers / employés

– ingénieurs, agents de maîtrise et chefs de service

Un troisième collège dédiée aux cadres peut être créé lorsque le nombre des membres de cette catégorie professionnelle au sein de l’entreprise est supérieur ou égal à 25.

Le protocole préélectoral mentionne la proportion de femmes et d’hommes qui compose chaque collège.

La composition des listes pour chaque collège électoral (titulaires comme suppléants) doit correspondre à la part respective d’hommes et de femmes inscrits sur la liste électorale.

Le non-respect de cette règle entraîne l’annulation de l’élection des derniers élus en surnombre.

Par ailleurs, l’obligation générale de représentation proportionnée a été confirmée par la Cour de cassation par une décision du 11 décembre 2019 (Cass.Soc., n°18-23.513).

  • L’exigeance d’alternance

Il est important de préciser que les listes doivent présenter alternativement un candidat de chaque sexe.

Autrement l’élection peut être annulée pour les candidats dont le positionnement sur la liste est irrégulier.

Ainsi conformément à l’article L.2314-30 du Code du travail, lorsque la composition des listes n’aboutit pas à un nombre entier de candidats à désigner pour chacun des deux sexes il convient d’appliquer l’arrondi arithmétique suivant :

« 1° Arrondi à l’entier supérieur en cas de décimale supérieure ou égale à 5 ;

2° Arrondi à l’entier inférieur en cas de décimale strictement inférieure à 5. »

En cas de nombre impair de sièges à pourvoir et de nombre égal de femmes et d’hommes inscrits sur les listes électorales, la liste comprend indifféremment un homme ou une femme supplémentaire.

 

Les exceptions aux règles de proportionnalité

Une exception est toutefois à considérer, lorsque l’application des règles de proportionnalité et d’arrondi aboutit à un nombre inférieur à 0,50 candidat ce qui veut dire qu’aucun candidat du sexe concerné ne peut se présenter (Cass. Soc, 11 décembre 2019, n°18-26.568).

Autrement dit lorsque l’application de la règle aboutit à exclure complètement un des deux sexes, les listes pourront alors comporter un candidat du sexe non-représenté.

Ainsi, par exemple pour deux sièges, le syndicat peut présenter soit, deux candidats du même sexe majoritairement représenté, soit un candidat de chaque sexe ou encore un candidat unique du sexe surreprésenté.

Cela a été précisé par l’ordonnance n°2017-386 du 22 septembre 2017 relative à la nouvelle organisation du dialogue social et économique dans l’entreprise et favorisant l’exercice et la valorisation des responsabilités syndicales, «lorsque l’application de ces règles conduit à exclure totalement la représentation de l’un ou l’autre sexe, les listes de candidats pourront comporter un candidat du sexe qui, à défaut, ne serait pas représenté ».

La chambre sociale de la cour de cassation confirme par plusieurs arrêts du 11 décembre 2019, qu’en dehors du cas où un sexe n’a droit à aucun siège en application de la règle de l’arrondi, car il est ultra-minoritaire, les listes doivent toujours comporter au minimum un représentant de chaque sexe.

Il s’agit d’une exception qui vise à faciliter les élections dans les cas de sous-représentation d’un sexe au sein d’un collège. Il est toutefois précisé que celui-ci ne peut pas figurer en tête de liste.

Cette disposition n’est applicable que lorsque l’absence de représentation d’un sexe résulte de la mise en œuvre des règles de proportionnalité et arrondi au regard du nombre de sièges à pourvoir.

La composition paritaire se fait donc de la manière suivante :

– il ne peut pas y avoir de listes à un seul candidat

– si il y a deux sièges à pouvoir, il est possible d’avoir un candidat de chaque sexe

– si plus de deux sièges, il faut respecter le calcul à l’article L.2314-30 du Code du travail

 

Contentieux préélectoral et annulation de l’élection

Lorsque les obligations en terme de parité hommes-femmes ne sont pas respectées, les listes peuvent être considérées comme irrégulières et les élections annulées.

Une liste électorale peut être rendue irrégulière, dès lors que le tribunal compétent statue avant l’élection sur une contestation relative à la composition des listes de candidats en applications des dispositions légales (Cass.Soc. 11 décembre 2019, n°18-26.568).

L’annulation de l’élection d’un membre du CSE n’a pas d’effet rétroactif, ainsi il n’y a pas d’incidence sur sa qualité de délégué syndical et délégué syndical central. Son mandat prendra fin conformément à l’article L.2143-11 du Code du travail. (Cass.Soc. 11 décembre 2019, n°18-19.379)

 

Lire : 1er janvier 2020 : La mise en place du comité social et économique (CSE)

Lire : Généralisation de l’accord majoritaire depuis le 1er mai 2018

Lire : Comité social économique (CSE)

 
 

Photo : Pixabay

Une question concernant une convention collective ? Concernant le droit social plus généralement ?
→ Nos juristes spécialistes vous répondent clairement et rapidement.
Comment ça marche ?
Je pose ma question ▶
À propos de l'auteur
Viktoria Peeva

Viktoria Peeva - Juriste au sein des Editions Legimedia.

Diplômée d'un Master I en Droit du travail, je suis juriste au sein des Editions Legimedia.Mes études de droit, ainsi que mon expérience en France et à l'international m'ont permis de développer des compétences théoriques et pratiques, notamment en Droit du travail et Droit de la sécurité sociale. [...]

À lire dans la catégorie Actualités du droit
19 février 2020

Recours au travail de nuit : Principe et mise en garde de la Cour de cassation

Travail de nuit des salariés
Il arrive que certains secteurs professionnels nécessitent le recours au travail de nuit, thématique récurrente figurant au sein des conventions collectives nationales, [...]

Lire la suite →

13 février 2020

Les manquements persistants de l’employeur : Une possible prise d’acte

prise d'acte liée aux manquements persistants de l'employeur
Par un arrêt du 15 janvier 2020 (n°18-23417), les juges sont venus affirmer le principe selon lequel les manquements persistants de l’employeur pouvaient être la [...]

Lire la suite →

12 février 2020

Mise en place du CSE : effectifs et obligations de l’employeur

CSE: calcul des seuils d'effectif de l'entreprise : obligation de l'employeur
Au sein d’une entreprise détenant un effectif d’au moins 11 salariés sur 12 mois consécutifs, l’employeur se trouve dans l’obligation de mettre [...]

Lire la suite →

13 janvier 2020

Mise à jour 2020 : affichage obligatoire en entreprise

affichage obligatoire 2020
Certaines indications relatives aux relations sociales et conditions de travail doivent être obligatoirement indiquées dans les entreprises soit par voie d’affichage [...]

Lire la suite →

3 janvier 2020

La revalorisation du SMIC au 1er janvier 2020

Mise à jour IDCC : 1921 Relatif au régime CARCO et à al grille des salaires au 1er janvier 2020
Le décret n°2019-1387 du 18 décembre 2019 relatif au relèvement du salaire minimum de croissance (SMIC) fixe les montants applicables au 1er janvier 2020 pour les employeurs [...]

Lire la suite →

À propos du blog des Éditions Legimedia

Les articles juridiques du blog des Éditions Legimedia sont rédigés en interne par des juristes spécialisés en droit social, après un travail de recherche approfondie, afin de vous apporter des informations claires, à jour des dernières dispositions légales et conformes.

Ce blog propose différentes catégories et thématiques liées à l’actualité du droit du travail et des conventions collectives (champs d’application, salaires, horaires de travail, congés, formation professionnelle, etc.), aux obligations de l’employeur en matière de sécurité et d’affichage, aux registres obligatoires ou encore à la mise en conformité d’une entreprise selon le code du travail.