inaptitude reclassement

Un arrêt récent de la Cour de cassation vient confirmer le fait que la victime d’un accident de trajet ne bénéficie pas de la protection accordée en cas d’accident du travail. En pareille circonstance, l’employeur n’est pas tenu de consulter les délégués du personnel pour le reclassement du salarié après la reconnaissance de son inaptitude (Cass. soc., 22 septembre 2016, n°14-28869).

Définition de l’accident de trajet

Un accident est considéré comme un accident de trajet s’il arrive à un salarié pendant le trajet effectué entre :

– sa résidence et son lieu de travail

– son lieu de travail et le lieu de restauration où le salarié se rend pendant la pause repas

  • La notion de résidence :

Elle est applicable à plusieurs lieux :

– la résidence principale du salarié

– une résidence secondaire stable, c’est-à-dire faisant l’objet de séjours fréquents et réguliers

– tout autre lieu où le salarié se rend de façon habituelle pour des motifs d’ordre familial

Peu importe que le salarié soit propriétaire, locataire ou simple occupant de la résidence. De plus, la jurisprudence considère que l’accident se produisant dans les dépendances de la maison (escalier, garage, cour, jardin …) constitue un accident de la vie privée et non un accident de trajet.

Le trajet doit être effectué pendant une période normale par rapport aux horaires de travail, en prenant en compte la longueur du trajet et les moyens de transport utilisés. L’accident de trajet n’est donc pas admis si le trajet a été effectué plusieurs heures avant ou après les heures de travail, sauf s’il est lié au travail, comme par exemple en cas de pot organisé dans l’entreprise, avec l’accord de l’employeur, après les heures de travail.

  • La notion de lieu de restauration :

Elle désigne le restaurant, la cantine ou de manière générale le lieu où le salarié prend habituellement ses repas. Afin que l’accident de trajet soit reconnu, il faut remplir les conditions suivantes :

– l’accident doit se produire entre l’entreprise et le lieu de restauration

– le lieu de restauration doit être fréquenté régulièrement mais pas obligatoirement tous les jours

– le salarié doit y prendre son repas pendant les heures de travail

  • Les indemnités :

Dans tous les cas, la qualification d’un accident en accident de trajet ouvre droit, en cas d’arrêt de travail, aux indemnités suivantes :

– indemnités versées par la sécurité sociale

– indemnités complémentaires versées par l’employeur, si le salarié y a droit

– indemnisation spécifique en cas d’incapacité de travail

 

Procédure en cas de reclassement suite à un accident de trajet

Suite à une lecture combinée des articles L1226-7 et L1226-10 du code du travail, il ressort que le salarié déclaré physiquement inapte à la suite d’un accident de trajet est exclu du régime de l’inaptitude professionnelle. Une solution identique avait déjà été rendue en 2009 (Cass. soc., 16 septembre 2009, n°08-41879).

Ainsi, et contrairement aux prétentions du salarié, l’employeur n’a pas manqué à son obligation de reclassement en ne consultant pas les délégués du personnel. Cette formalité constitue une étape obligatoire seulement dans le cadre de la procédure de reclassement du salarié inapte suite à un accident du travail.

Il convient toutefois de préciser que cette solution est valable pour cet arrêt mais pas pour l’avenir. Effectivement, la loi Travail étend l’obligation de consultation des délégués du personnel au reclassement des salariés dont l’inaptitude physique résulte d’une maladie ou d’un accident non professionnel à compter du 1er janvier 2017. A partir de cette date, la consultation des délégués du personnel sera donc obligatoire en cas de reclassement d’un salarié dont l’inaptitude physique est consécutive à un accident de travail.

 

À lire : L’accident du travail

 

Photo : Pixabay

Une question concernant une convention collective ? Concernant le droit social plus généralement ?
→ Nos juristes spécialistes vous répondent clairement et rapidement.
Comment ça marche ?
Je pose ma question ▶
À propos de l'auteur
Amandine Chapou

Amandine Chapou - Juriste au sein des Editions Legimedia.

Diplômée du Master II Droit privé économique, je suis juriste au sein des Éditions Legimedia. Via différentes expériences professionnelles, aussi bien dans des cabinets d'avocats que dans des entreprises, j'ai pu développer des compétences en droit de la consommation, droit de la concurrence, droit de la distribution, droit de la propriété intellectuelle, droit social et droit des contrats. [...]

À lire dans la catégorie Actualités du droit
13 février 2020

Les manquements persistants de l’employeur : Une possible prise d’acte

prise d'acte liée aux manquements persistants de l'employeur
Par un arrêt du 15 janvier 2020 (n°18-23417), les juges sont venus affirmer le principe selon lequel les manquements persistants de l’employeur pouvaient être la [...]

Lire la suite →

13 janvier 2020

Mise à jour 2020 : affichage obligatoire en entreprise

affichage obligatoire 2020
Certaines indications relatives aux relations sociales et conditions de travail doivent être obligatoirement indiquées dans les entreprises soit par voie d’affichage [...]

Lire la suite →

3 janvier 2020

La revalorisation du SMIC au 1er janvier 2020

Mise à jour IDCC : 1921 Relatif au régime CARCO et à al grille des salaires au 1er janvier 2020
Le décret n°2019-1387 du 18 décembre 2019 relatif au relèvement du salaire minimum de croissance (SMIC) fixe les montants applicables au 1er janvier 2020 pour les employeurs [...]

Lire la suite →

2 janvier 2020

Nouveauté 2020 : les conséquences de la fusion des TI et des TGI

conséquences de la fusion des TI et des TGI
La fusion entre les TI (tribunaux d’instance) et les TGI (tribunaux de grande instance) résulte de l’association de deux lois du 23 mars 2019 (loi n°2019-222 [...]

Lire la suite →

31 décembre 2019

Actualité 2020 : les nouvelles règles du franchissement du seuil d’effectif

Nouvelles modalités applicables au franchissement du seuil d'effectif
La prise en compte du nombre de salariés d’une entreprise influe sur les obligations auxquelles celle-ci est soumise. En effet, en fonction de son effectif en termes [...]

Lire la suite →

À propos du blog des Éditions Legimedia

Les articles juridiques du blog des Éditions Legimedia sont rédigés en interne par des juristes spécialisés en droit social, après un travail de recherche approfondie, afin de vous apporter des informations claires, à jour des dernières dispositions légales et conformes.

Ce blog propose différentes catégories et thématiques liées à l’actualité du droit du travail et des conventions collectives (champs d’application, salaires, horaires de travail, congés, formation professionnelle, etc.), aux obligations de l’employeur en matière de sécurité et d’affichage, aux registres obligatoires ou encore à la mise en conformité d’une entreprise selon le code du travail.