Sans titre

Il peut arriver de consommer une boisson alcoolisée sur le lieu de travail et durant le temps de travail à la suite d’un pot de départ par exemple, mais cette pratique est-elle vraiment autorisée ?

Au delà de la consommation exceptionnelle, il existe des métiers ou les risques d’accidents de circulation par exemple sont élevés, il convient alors de se demander si l’employeur est autorisé à sanctionner un salarié refusant de se soumettre à un test d’alcoolémie ?.


 
 
 
 

Est-il possible de consommer une boisson alcoolisée sur son lieu de travail ?

Légalement, il est possible de consommer du vin, du cidre et du poiré sur le lieu de travail (1). A condition bien entendu que le salarié ne soit pas en état d’ivresse (2).

Néanmoins, nous savons aussi que l’employeur a une obligation de sécurité et de protection de la santé de ses salariés, ce qui implique de protéger sa santé physique et mentale (3), c’est pourquoi l’employeur est autorisé à interdire la consommation d’alcool durant le temps de travail, par le biais du règlement intérieur ou d’une note de service. 

Lorsque cette interdiction est totale, elle doit être est nécessairement proportionnée (4) au but recherché et doit permettre de protéger la santé ainsi que la sécurité des salariés. 

Comment faire constater l’alcoolisme au travail ?

Est-ce que l’employeur peut faire un test d’alcoolémie à son salarié afin de contrôler son alcoolémie ?

Oui le réglement intérieur peut prévoir que l’employeur soit autorisé à effectuer de tels contrôles. En effet, il a été reconnu par la jurisprudence (5) qu’il était tout à fait possible pour l’employeur de contrôler l’état d’ébriété de ses salariés en les soumettant à un contrôle du taux d’alcoolémie (utilisation d’un éthylotest ou en effectuant un dépistage par alcootest) sur le lieu de travail. 

Néanmoins, pour que cela soit possible, il faudra respecter les conditions suivantes : 

  • Que les modalités du contrôle permettent au salarié de le contester (contre-expertise) ; 
  • Qu’en raison des fonctions du salarié, cet état d’ébriété puisse exposer les personnes ou les biens à un danger. 

De plus, il est nécessaire de garder à l’esprit que la contre-expertise permettant aux salariés de contester un test d’alcoolémie doit être faite dans un délai court, dans un souci de fiabilité des résultats. 

En effet, il a été jugé récémment par la Cour de cassation, que la demande tardive des salariés de se soumettre à une contre-expertise n’est pas acceptée même lorsque cela est prévu par le règlement intérieur. Autrement dit lorsque le salarié demande une contre-expertise d’un test d’alcoolémie, il devra le faire dans les suites immédiates du contrôle pour ne pas fausser les résultats. C’est donc à bon droit, que la Cour de cassation a admis que le licenciement du salarié était justifié dans cette affaire et qu’il y avait bien une cause réelle et sérieuse (6). 

Puis-je refuser un contrôle d’alcoolémie ?

Comme nous l’avons vu, l’utilisation d’un test d’alcoolémie est autorisé lorsqu’il est mentionné par l’employeur dans le réglement intérieur et que l’état d’ébriété du salarié, en raison de ses fonctions, peut entrainer un danger pour les biens ou les personnes.

De ce fait, lorsque ces conditions sont respectées, le salarié n’a pas le droit d’émettre un quelconque refus. A ce titre, l’employeut peut décider que la réalisation de ce test se fasse dans différents lieux : 

  • Sur son lieu de travail ; 
  • Lorsque pour des raisons techniques le contrôle ne peut se faire en entreprise, il est possible de faire tester le salarié dans les locaux d’une gendarmerie.

Quelles sont les sanctions en cas de refus du salarié de se soumettre à un alcootest prévu par le règlement intérieur (sanction pour état d’ébriété au travail) ? 

Lorsque l’employeur est confronté à un refus de son salarié, il est en droit de le sanctionner disciplinairement à condition que le règlement intérieur soit explicite à ce sujet. En effet, le règlement intérieur devra mentionner de façon claire qu’un tel refus du salarié est constitutif d’une faute.

En effet, lorsque l’employeur respecte les modalités du contrôle énoncées par le règlement intérieur et que le salarié refuse de s’y soumettre, le refus est constitutif d’une violation des obligations de son contrat de travail et le lien de subordination n’est donc pas respecté. Ainsi une sanction disciplinaire pourra être prononcée par le supérieur hiérarchique. 

Ainsi, si l’employeur constate que le salarié refuse de se soumettre à ce contrôle et que ses fonctions peuvent créer une situation dangereuse (danger pour les biens ou personnes), il est en droit de prononcer son licenciement pour faute grave. 

Sources : 

(1) Article R. 4228-20 du Code du travail ;

(2) Article R. 4228-21 du Code du travail ; 

(3) Article L. 4121-1 du Code du travail ;

(4) Article R. 4228-20 du Code du travail ;

(5) Cass. Soc. 24-2-2004 n°01-47.000, Cass. Soc 22-5-2022 ; 

(6) Cass. Soc. 6-12-2023 n°22-13.460

 
 

Photo : Freepik

À lire dans la catégorie Actualités du droit
25 janvier 2024

Démission ou rupture conventionnelle : quels avantages les distinguent ?

demission ou rupture
Lorsque le salarié en contrat à durée indéterminée (CDI) souhaite quitter l'entreprise et donc rompre son contrat de travail, deux possibilités s'offrent à [...]

Lire la suite →

11 janvier 2024

Prime de partage de la valeur : une simplification en 2024

Prime de partage de la valeur : une simplification en 2024
La prime de partage de la valeur est un montant supplémentaire versé aux salariés d’une entreprise en fonction des résultats ou de la performance de celle-ci. Depuis [...]

Lire la suite →

27 décembre 2023

La revalorisation du SMIC au 1er janvier 2024

smic au 1er janvier 2023
Au 1er janvier 2024, le SMIC a êté revalorisé, comme chaque année, en fonction de l’inflation. Pour rappel, le montant du SMIC est le montant en dessous duquel, [...]

Lire la suite →

20 décembre 2023

Le taux de cotisation de l’AGS

Sans titre
L’employeur doit s’acquitter du paiement de la cotisation AGS. Plusieurs questions se posent alors : à quoi sert l’AGS ? Dans quelles circonstances cette [...]

Lire la suite →

31 mai 2023

La présentation du bulletin de paie au 1er juillet 2023

Bulletin de paye
Au 1er juillet prochain le bulletin de salaire sera à nouveau modifié après les grands changements opérés le 1er janvier 2022. [...]

Lire la suite →

À propos du blog des Éditions Legimedia

Les articles juridiques du blog des Éditions Legimedia sont rédigés en interne par des juristes spécialisés en droit social, après un travail de recherche approfondie, afin de vous apporter des informations claires, à jour des dernières dispositions légales et conformes.

Ce blog propose différentes catégories et thématiques liées à l’actualité du droit du travail et des conventions collectives (champs d’application, salaires, horaires de travail, congés, formation professionnelle, etc.), aux obligations de l’employeur en matière de sécurité et d’affichage, aux registres obligatoires ou encore à la mise en conformité d’une entreprise selon le code du travail.