coffee-1276784_960_720

En 2017, le Gouvernement français a souhaité mettre en œuvre une organisation plus efficace du régime de protection sociale des indépendants.

Ainsi, la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2018 a programmé la disparition du Régime Social des Indépendants (RSI) dans le but de l’adosser au régime général des travailleurs salariés, et ce, dans un but de simplification de la protection sociale des travailleurs indépendants.

 
 
 
 
 

La simplification de la protection sociale des travailleurs indépendants

Initialement, s’agissant des travailleurs non-salariés non agricoles (pour le groupe des artisans, commerçants et industriels), le versement des prestations en nature était assuré par les mutuelles de santé et entreprises d’assurances, et non pas par le RSI lui-même.

Or, la réforme du RSI a mis fin à ce système de versement des prestations en nature à destination des travailleurs indépendants, et ce, en raison de l’adossement du RSI au régime général.

Toutefois, il convient de déterminer le véritable sens relatif à « l’adossement du RSI au régime général ».

A titre principal, il est important de souligner que ce terme ne concerne pas le cas d’une éventuelle fusion entre le RSI et le régime général.

Par conséquent, les travailleurs non-salariés non agricoles conservent les règles qui leurs étaient applicables auparavant en matière de cotisations et de prestations, puisqu’en réalité, l’objectif du Gouvernement était d’aboutir à la simplification du système de protection sociale des travailleurs indépendants.

 

L’enjeu de la réforme du régime social des indépendants

Il est indéniable que cet enjeu de simplification constitue une avancée pour le moins nécessaire, bien qu’elle intervienne assez tardivement.

En effet, la consécration de la protection sociale des travailleurs indépendants a été progressive, puisqu’il a fallu attendre 1966, soit 17 ans après la création du régime de retraite des indépendants, pour soit enfin créée l’assurance maladie des travailleurs indépendants, et ce, afin d’élargir leur sécurité sociale au-delà de l’assurance vieillesse.

S’agissant désormais de l’avancée en tant que telle, il est important de relever le fait qu’à l’heure actuelle, lorsque l’on compare le régime général des travailleurs salariés d’une part, et la sécurité sociale des travailleurs non-salariés non agricoles d’autre part, il est certain que le régime des indépendants apparait comme étant plus complexe que celui des travailleurs salariés.

Afin d’illustrer ce propos, il est intéressant de se pencher sur le cas des professions libérales, pour lesquelles, il convient de scinder en deux leur régime de protection sociale, avec d’un côté l’assurance maladie / maternité, et de l’autre, l’assurance vieillesse, invalidité et décès.

Ainsi, concernant l’assurance maladie / maternité des travailleurs libéraux, celle-ci est prise en charge en commun avec les professions commerciales, artisanales et industrielles, tandis qu’un régime spécifique s’applique s’agissant de leur assurance vieillesse, invalidité et décès, car la gestion de cette assurance est garantie par un ensemble institutionnel comprenant une structure nationale (la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse des Professions Libérales, plus communément connue sous l’appellation « CNAFPL »), et des sections professionnelles chargées de gouverner les risques d’une ou plusieurs professions libérales.

Par conséquent, il apparait réellement le fait que le régime de protection sociale des travailleurs indépendants est plus compliqué que le régime général des travailleurs salariés, ou même, que le régime agricole des travailleurs salariés et non-salariés agricoles, car pour ces deux régimes, toutes les branches de la sécurité sociale des travailleurs salariés (s’agissant du régime général) et des travailleurs agricoles (s’agissant de la MSA) sont gérées par l’un et l’autre de ces régimes, à la différence des travailleurs indépendants.

Enfin, cette réforme facilite également le service relatif aux prestations en nature des travailleurs non-salariés non agricoles.

 

La réorganisation du service des prestations en nature

Auparavant, les mutuelles santé et les entreprises d’assurance avaient le monopole de gestion du service relatif aux prestations en nature.

Or, grâce à l’avènement de la LFSS pour 2018, la prise en charge des frais de santé, s’exerçant sous la forme du versement des prestations en nature dans le cadre de la branche maladie / maternité et de la protection maladie universelle, est désormais assurée par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM).

Initialement, la CNAM était plus communément connue sous l’appellation de CNAMTS (Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés), mais désormais, elle se présente sous le nom de CNAM afin d’inclure les travailleurs non-salariés non agricoles.

Ainsi, les délégations opérées par le RSI, s’agissant du service des prestations en nature, restent en vigueur à l’heure actuelle en faveur des travailleurs indépendants ayant débuté leurs activités non salariées non agricoles avant 2019.

Toutefois, les missions accomplies par les organismes conventionnés ne seront pas éternelles, car elles seront reprises par les Caisses Primaires d’Assurance Maladie (CPAM) à compter du 1er janvier 2020, en sachant que les nouveaux travailleurs indépendants débutant leurs activités non salariées non agricoles resteront sous la compétence des CPAM dans le cadre de la branche maladie / maternité.

 

Lire : Le compte personnel de formation sera ouvert aux indépendants en janvier 2018

 
 
 
 

Photo : Pixabay

Une question concernant une convention collective ? Concernant le droit social plus généralement ?
→ Nos juristes spécialistes vous répondent clairement et rapidement.
Comment ça marche ?
Je pose ma question ▶
À propos de l'auteur
Mélanie Mary

Mélanie Mary - Juriste au sein des Editions Legimedia.

Diplômée d'un Master II Droit de la protection sociale, j’ai intégré les Éditions Legimedia en tant que juriste en Droit social. [...]

À lire dans la catégorie Actualités du droit
13 février 2020

Les manquements persistants de l’employeur : Une possible prise d’acte

prise d'acte liée aux manquements persistants de l'employeur
Par un arrêt du 15 janvier 2020 (n°18-23417), les juges sont venus affirmer le principe selon lequel les manquements persistants de l’employeur pouvaient être la [...]

Lire la suite →

13 janvier 2020

Mise à jour 2020 : affichage obligatoire en entreprise

affichage obligatoire 2020
Certaines indications relatives aux relations sociales et conditions de travail doivent être obligatoirement indiquées dans les entreprises soit par voie d’affichage [...]

Lire la suite →

3 janvier 2020

La revalorisation du SMIC au 1er janvier 2020

Mise à jour IDCC : 1921 Relatif au régime CARCO et à al grille des salaires au 1er janvier 2020
Le décret n°2019-1387 du 18 décembre 2019 relatif au relèvement du salaire minimum de croissance (SMIC) fixe les montants applicables au 1er janvier 2020 pour les employeurs [...]

Lire la suite →

2 janvier 2020

Nouveauté 2020 : les conséquences de la fusion des TI et des TGI

conséquences de la fusion des TI et des TGI
La fusion entre les TI (tribunaux d’instance) et les TGI (tribunaux de grande instance) résulte de l’association de deux lois du 23 mars 2019 (loi n°2019-222 [...]

Lire la suite →

31 décembre 2019

Actualité 2020 : les nouvelles règles du franchissement du seuil d’effectif

Nouvelles modalités applicables au franchissement du seuil d'effectif
La prise en compte du nombre de salariés d’une entreprise influe sur les obligations auxquelles celle-ci est soumise. En effet, en fonction de son effectif en termes [...]

Lire la suite →

À propos du blog des Éditions Legimedia

Les articles juridiques du blog des Éditions Legimedia sont rédigés en interne par des juristes spécialisés en droit social, après un travail de recherche approfondie, afin de vous apporter des informations claires, à jour des dernières dispositions légales et conformes.

Ce blog propose différentes catégories et thématiques liées à l’actualité du droit du travail et des conventions collectives (champs d’application, salaires, horaires de travail, congés, formation professionnelle, etc.), aux obligations de l’employeur en matière de sécurité et d’affichage, aux registres obligatoires ou encore à la mise en conformité d’une entreprise selon le code du travail.