Convention.fr, le spécialiste de la mise en conformité des entreprises depuis 2003
Lundi au vendredi 9h30 - 12h30 / 14h - 17h

Aide par téléphone

04 67 65 04 14

9h30 - 12h30 / 14h - 17h

<< Retour à  la page précédente

Convention collective Exploitation cinéma

→ Grille de salaire  |  Congés  |  Prévoyance  |  Droits à la formation  |  Indemnités de licenciement

Synthèse du champ d'application

A titre informatif, la CCN des employés et techniciens des services généreaux et administratifs de l'exploitation des théâtres cinématographique du 28 juin 1976 (IDCC 889) et celle des agents de maîtrise et de cadres des services généraux et administratifs de l'exploitation des théâtres cinématographiques du 1er juillet 1971 sont rattachées à la présente convention (convention de rattachement), suite aux arrêtés portant fusion des champs conventionnels en date du 5 janvier 2017 et du 28 avril 2017. Par conséquent, leur champ d'application est inclu dans celui de la CCN de l'exploitation cinématographique.

La Convention collective nationale de l'exploitation cinématographique est identifiée sous le numéro de brochure 3097 et l'IDCC 1307.

Elle s'applique en France métropolitaine et règle les conditions de travail entre employeurs et employés du secteur de l'exploitation cinématographique, et ce, peut importe le support de fixation initial et la méthode utilisée pour la reproduction de l'image.

Son champ d'application vise les salariés ayant un contrat de travail à durée déterminée ou indéterminée, que celui-ci s'exerçe à temps plein ou à temps partiel.

Cette convention collective concerne également le personnel saisonnier à partir de 14 mois travaillés sur une période de 4 ans, ainsi que les apprentis dès lors qu'ils ont signé un contrat d'apprentissage qui les lient à l'entreprise.

Il est à prendre en compte que la production et la distribution cinématographique ne sont pas concernées par le présent texte. Elles sont régies par la convention collective de la production cinématographique pour l'une, et la convention collective de la distribution cinématographique pour l'autre.

Les signataires se sont accordés sur diverses thématiques telles que la période d'essai, les congés, la démission, le licenciement, etc.

A titre informatif, une des parties signataires peut faire une demande de révision ou dénoncer le contenu de la convention. Néanmoins, elle doit le notifier aux autres signataires par lettre recommandée avec accusé de réception, tout en respectant un délai de préavis.

Ce texte conventionnel est conclue pour une durée de 1 an, reconduit tacitement d'année en année.

Une organisation non signataire peut tout à fait adhérer à la convention postérieurement à sa signature. Par exemple le Syndicat des associations de développement culturel et social employeurs du personnel pédagogique et technique (SADCS) a adhéré par lettre du 30 octobre 1991.

Voir aussi la convention collective des laboratoires cinématographiques et sous-titrage.

Nom officiel

Convention collective de l'exploitation cinématographique du 19 juillet 1984

Identifiants officiels

N° brochure : 3097
IDCC : 1307

Besoin de plus de 5 livres ?

Découvrez nos tarifs dégressifs

Contactez notre service commercial pour connaître nos prix :

Ou visitez notre page dédiée :

Livre Exploitation cinéma en lot

- Téléchargement instantané après paiement

- Garantie à jour au 13 décembre 2019 comprenant
  tous les derniers textes en application

- Plusieurs index cliquables facilitant la navigation
  (index chronologique, thématique, alphabétique)

- Recherche par mot clés

En savoir +
Visualiser un exemple
1,90 € HT

+ FORMAT PDF OFFERT AVEC LE LIVRE
  → téléchargement instantané après paiement

- Livre plastifié au format A5

- Garantie à jour au 13 décembre 2019 comprenant
  tous les derniers textes en application

- Expédition en 24/48h maximum (jours ouvrés)

en savoir +

- Répond à l'obligation légale de mise à disposition
  des salariés

23,90 € HT

Mise en conformité des professionnels : accès illimité et abonnement aux mises à jour + livre offert

Le droit du travail impose aux professionnels de détenir un exemplaire à jour de la convention collective

→ Notre abonnement répond à cette obligation en vous mettant à disposition votre CCN toujours à jour, vous êtes ainsi en conformité en cas de contrôle de l'inspection du travail ou de l'URSSAF.

L'accès illimité comprend :

- Le téléchargement de votre convention collective continuellement à jour au format PDF en illimité depuis
   votre compte client (format PDF accepté en cas de contrôle, à condition que celui-ci soit à jour).

- Les alertes par e-mail en cas de mise à jour de votre texte (avec récapitulatif des nouveautés).

- L'accès aux synthèses de mises à jour rédigées en interne par nos juristes.

- Le livre de votre convention collective offert.

Activités concernées par cette convention collective (non exhaustif)*

Activités / métiers concernés :
Cinéma, fixations et procédés de reproduction de l´image
Code(s) NAF/APE :

Les dernières actualités de la Convention collective Exploitation cinéma

Texte de base : AFDAS (OPCO)

06 septembre 2019

L'accord non étendu du 19 novembre 2018 instaure un opérateur de compétences : OPCO (AFDAS) dans les secteurs de la culture, des industries créatives, des médias, de la communication, du sport, des loisirs et du divertissement.

Thématique :AFDAS (OPCO)
Lien vers l'accord :Cliquez ici

Conventions collectives concernées

Les conventions collectives concernées par les dispositions de l'accord professionnel du 19 novembre 2018 sont les suivantes:

- Convention collective : Édition phonographique (n°3361)

- Convention collective : Entreprises techniques au service de la création et de l'événement (n°3355)

- Convention collective : Portage de presse (n°3350)

- Convention collective : Production audiovisuelle (n°3346)

- Convention collective : Sport (n°3328)

- Convention collective : Chaînes thématiques (n°3319)

- Convention collective : Mannequins adultes et mannequins enfants de moins de seize ans employés par les agences de mannequins (n°3318)

- Convention collective : Distribution directe documents, journaux et objets publicitaires non adressés distribués gratuitement dans les boîtes à lettres, journaux gratuits (n°3316)

- Convention collective : Production de films d'animation (n°3314)

- Convention collective : Presse hebdomadaire régionale (n°3291)

- Convention collective : Télévision (artistes-interprètes engagés pour des émissions de) (n°3278)

- Convention collective : Espaces de loisirs, d'attractions et culturels (ccnelac) (n°3275)

- Convention collective : Entreprises artistiques et culturelles (n°3226)

- Convention collective : Cinéma (industrie, distribution) (n°3174)

- Convention collective : Casinos (n°3167)

- Convention collective : Presse quotidienne régionale et départementale (cadres) (n°3141)

- Convention collective : Presse quotidienne régionale, départementale de province (ouvriers et employés) (n°3140)

- Convention collective : Journalistes (n°3136)

- Convention collective : Édition (n°3103)

- Convention collective : Exploitation cinématographique (n°3097)

- Convention collective : Publicité et assimilées (entreprises) (cadres, techniciens et employés) (n°3073)

 

Missions

L'AFDAS assure plusieurs missions au titre du développement de la formation professionnelle, du financement et des services.

Concernant ses missions de financement, à titre d'exemple, l'AFDAS gère les fonds de la formation professionnelle, assure le financement des dispositifs légaux de formation, prend en charge les frais afférents aux formations, collecte et gère les contributions supplémentaires, etc.

Concernant ses missions de services, à titre d'exemple, l'AFDAS assure un service de proximité au bénéfice des très petites, petites et moyennes entreprises, apporte un appui technique aux branches professionnelles, etc.

L'AFDAS peut recevoir toutes les ressources provenant des contributions légales, conventionnelles et volontaires, ainsi que les subventions publiques.

L'AFDAS gère de manière paritaire les fonds de la formation professionnelle à travers plusieurs sections financières relatives à l'alternance, au développement des compétences au bénéfice des entreprises de moins de 50 salariés, aux dispositifs d'accès destinés aux intermittents du spectacle, aux dispositifs d'accès destinés aux artistes-auteurs, aux dispositifs et services finançables au titre des contributions conventionnelles, aux dispositifs et services finançables au titre des versements volontaires.

 

Organes de gouvernance

- Conseil d’administration : 40 membres répartis en 2 collèges paritaires (salariés et employeurs). Le Conseil arrête les orientations stratégiques de l'OPCO, assure le bon fonctionnement de l'OPCO, approuve le budget, etc.

- Bureau : le bureau est composé des membres suivants : 1 président et 1 vice-président, 1 trésorier et 1 trésorier adjoint, 1 secrétaire et 1 secrétaire adjoint. Le bureau prépare les décision du conseil d'administration autrement dit il arrête l'ordre du jour du conseil, arrête les budgets et les comptes annuels et prépare les rapports annuels sur l'activité, la gestion et la situation morale et financière de l'AFDAS.

- Pôles paritaires sectoriels et fonds des artistes-auteurs : 4 pôles paritaires sont constitués : spectacles et création, médias, communication et industries créatives et sport, loisirs et divertissement. Les différents pôles ont pour fonction de préparer les réunions du conseil d'administration ainsi que de proposer des orientations, priorités et conditions de prise en charge des actions de formation. Il existe 2 pôles supplémentaires à savoir le pôle paritaire des intermittents du spectacle et le pôle pour les fonds des artistes-auteurs.

- Commissions paritaires de gestion des contributions conventionnelles : une telle commission est mise en place en cas d'instauration d'une contribution conventionnelle de branche ou interbranche ne correspondant pas exactement au même périmètre professionnel que le pôle paritaire sectoriel concerné.

Textes Salaires : Salaires minima au 1er août 2018

09 mars 2019

L'avenant n°63 non étendu du 12 juillet 2018, est relatif aux salaires minima au 1er août 2018, dans la branche de l'exploitation cinématographique.

Date de signature :12 juillet 2018
Thématique :Salaires minima au 1er août 2018
Lien vers l'avenant :Cliquez ici
 

Objet de l'avenant

- Barème des salaires minima : Le présent avenant précise que dans le cadre de la négociation annuelle obligatoire annuelle pour 2018, les salaires du barème national sont augmentés de 1,5 % de la manière suivante :
à partir du 1er août 2018, la valeur du point mensuel est revalorisée de 1,5 %, de ce fait elle est portée à 5,4205 €.

Ci-après le barème national des salaires minima mensuels pour le personnel des salles de cinéma applicable au 1er août 2018 (en euros) :

NiveauCoefficient hiérarchique AGIRC/ARRCOEmploi repèreIndice de référenceRémunération minimale mensuelle
Niveau VIII420Directeur5823 154,73 €
Niveau VIII405Directeur5022 721,09 €
Niveau VIII400Directeur4872 639,78 €
Niveau VIII395Directeur4792 596,42 €
Niveau VII349Directeur4462 417,54 €
Niveau VII340Directeur4302 330,82 €
Niveau VII325Directeur4162 254,93 €
Niveau VII325Régisseur4162 254,93 €
Niveau VII300Directeur3501 897,18 €
Niveau VII300Responsable maintenance3501 897,18 €
Niveau VII300Adjoint administratif3501 897,18 €
Niveau VII290Directeur3401 842,97 €
Niveau VI285Adjoint de direction3341 810,45 €
Niveau VI285Responsable technique3341 810,45 €
Niveau VI285Adjoint administratif3341 810,45 €
Niveau VI285Programmateur3341 810,45 €
Niveau VI275Assistant directeur3301 788,77 €
Niveau VI269Assistant directeur3271 772,50 €
Niveau VI269Technicien de cinéma chef d’équipe3271 772,50 €
Niveau V265Responsable animation3231 750,82 €
Niveau V265Technicien de cinéma hautement qualifié3231 750,82 €
Niveau V265Programmateur3231 750,82 €
Niveau V259Assistant administratif3221 745,40 €
Niveau V259Technicien de cinéma qualifié3221 745,40 €
Niveau V240Assistant directeur3001 626,15 €
Niveau V240Responsable hall3001 626,15 €
Niveau IV239Technicien de cinéma2981 615,31 €
Niveau IV236Technicien agent de cinéma2961 604,47 €
Niveau IV234Agent administratif2921 582,79 €
Niveau IV234Technicien de cinéma2921 582,79 €
Niveau IV229Agent de cinéma2901 571,95 €
Niveau IV224Agent administratif2881 561,10 €
Niveau IV224Agent d’accueil2881 561,10 €
Niveau IV224Animateur2881 561,10 €
Niveau III219Agent de cinéma2861 550,26 €
Niveau III214Agent administratif2851 544,84 €
Niveau III214Agent d’accueil2851 544,84 €
Niveau III214Animateur2851 544,84 €
Niveau III194Agent de cinéma2831 534,00 €
Niveau II189Agent d’accueil2811 523,16 €
Niveau II189Gardien/petite maintenance2811 523,16 €
Niveau II184Agent d’accueil2801 517,74 €
Niveau I150Gardien/petite maintenance2791 512,32 €
Niveau I150Agent d’entretien du bâtiment2791 512,32 €
 
Salaire minimum professionnel
Salaire pour 151,67 heures
1 512,32 €

Textes Attachés : Prise en charge des frais des salariés participant aux réunions de branche

06 mars 2019

L'avenant n°62 non étendu du 22 mai 2018, est relatif à la prise en charge des frais des salariés participant aux réunions de branche, dans la branche de l'exploitation cinématographique.

Date de signature :22 mai 2018
Thématique :prise en charge des frais des salariés participant aux réunions de branche
Lien vers l'avenant :Cliquez ici
 

Objet de l'accord

- Préambule : le présent avenant annule et remplace l'avenant n°56 relatif à la prise en charge par la FNCF, des frais de participation aux réunions de la branche en date du 7 septembre 2016. De plus, les entreprises de moins de 50 salariés pourront être accompagnées dans les modalités de gestion des absences et de prise en charge des frais des salariés qui participent aux réunions de branche.

- Transports : la prise en charge des transports est conditionnée par la recherche systématique du meilleur tarif, en effet, elle est valable que pour l'utilisation des transports en commun selon les conditions suivantes. Concernant le transport en train, le remboursement est limité au tarif en 2ème classe, toutefois le remboursement peut être possible pour le voyage en 1ère classe sur présentation de l'imprimé écran de la grille des prix applicables au moment de la commande. De surcroit, le trajet en avion est soumis à certains cas (notamment au voyage en classe économique) celui-ci est remboursé lorsque le temps de trajet en train excède 3 heures. Ainsi, lorsque la réunion est annulée ou à l'occasion de la maladie du représentant syndical (sur transmission du justificatif), le billet peut être remboursé après exercice du droit au remboursement. En tout état de cause, les trajets pour se rendre à la gare ou à l'aéroport sont pris en charge (sur justificatifs) en cas d'utilisation de transport en commun. Toutefois, lorsqu'il n'y a pas de transport en commun entre le domicile et la gare ou l'aéroport, des indemnités kilométriques peuvent être octroyées, sur la base :
- des kilomètres parcourus en plus du trajet habituel domicile/lieu de travail;
- mais aussi sur la base du montant de la base d'exonération de la sécurité sociale pour un véhicule de 5 CV;
- pour être remboursé, la demande devra être jointe avec la fiche d'information mentionnant notamment : l'adresse du domicile, du lieu de travail et de la gare ou l'aéroport et la carte grise au nom du demandeur.

De plus, une prise en charge du parking pourra intervenir dans la limite de 20 euros (sur présentation de justificatifs), exceptionnellement, les frais de taxi ou VTC pourront être remboursés à condition que ce mode de transport soit indispensable (absence de moyen de transport personnel et des conditions d'horaires ne permettant pas d'utiliser un mode collectif de transport), dans la limite de 35 euros, sur présentation de justificatifs.

- Déjeuner : les déjeuners sont pris en charge dans la limite de 5 fois le minimum garanti, lorsque les réunions sont prévues sur toute une journée, et sur présentation d'un justificatif. Ledit minimum, est réévalué au 1er janvier de chaque année.

- Hébergement : la prise en charge de l'hébergement n'est pas prévue, or, par dérogation celle-ci est possible selon les modalités suivantes :
- réunion débutant avant midi pour les personnes dont le temps de trajet en train ou en avion excède 2 heures et dont le déplacement est pris en charge (pour une réunion indépendante de la FNCF), un hébergement pourra être remboursé par cette dernière sur présentation d'un justificatif et dans la limite de 26 fois le minimum garanti, petit-déjeuner compris, ainsi le diner sera pris en charge dans la limite de 5 fois le minimum garanti et sur présentation d'un justificatif;
- Ou, si le représentant du syndicat est présent la veille sur le lieu de réunion, et que le coût du trajet aller/retour (qui serait pris en charge par la FNCF) est supérieur à 31 fois le minimum garanti, ladite prise en charge de l'hébergement est possible dans les conditions précisées ci-dessus.
Il est à noter qu'une réévaluation annuelle a lieu au 1er janvier de chaque année.

- Transmission des justificatifs et délais de remboursement : les justificatifs doivent être envoyés avant le 10 du mois suivant la réunion. Ainsi, les remboursements seront établis sur la base de ces éléments. Par conséquent, le remboursement sera effectué dans le mois suivant l'envoi des justificatifs (un délai supplémentaire pendant les vacances d'été peut éventuellement être accordé). L'annexe I du présent avenant comprend un modèle de fiche de remboursements de frais à retourner complété à la FNCF située au 15, rue du Berri, 75008 Paris.

- Exercice du droit de s'absenter et maintien de salaire : des conditions d'absences sont prévues par le présent avenant, à défaut de règles spécifiques à l'entreprise des représentants syndicaux et à condition de respecter les dispositions réglementaires applicables. En effet, lorsqu'un salarié est appelé en qualité de représentant d'une organisation syndicale de salariés représentatives de la branche, à participer à une réunion paritaire, il est tenu de présenter une "convocation" à son employeur pour lui garantir le maintien de sa rémunération, émanant de l'organisation en charge du secrétariat et/ou de l'organisation des réunions de la branche (indiquant le jour, l'heure de début et fin, l'objet, le lieu de la réunion paritaire). En effet, la convocation doit être présentée au moins 10 jours calendaires avant la date de la réunion (sauf en cas de transmission tardive à son destinataire); puis au terme de la réunion, une copie de la feuille de présence signée est remise à l'employeur par le salarié.

De ce fait, le temps consacré aux réunions paritaires donne lieu au maintien de salaire et doit être considéré comme temps de travail effectif. De même, le temps de trajet aller-retour, pour rejoindre la réunion paritaire est pris en compte lorsqu'il excède la durée habituelle du trajet entre le domicile et le lieu de travail, est pris en compte pour la rémunération, dans la limite de la durée normale et habituelle pour effectuer ce trajet en transport en commun. Toutefois, le temps de trajet n'est pas pris en considération pour apprécier les durées maximales de travail ou des durées minimales de repos. Enfin, les présentes dispositions de cet avenant, relatives aux autorisations d'absence et au maintien de salaire s'appliquent à défaut de dispositions plus favorables au niveau de chaque entreprise.

Textes Attachés : Indemnité de panier

06 mars 2019

L'avenant n°64 non étendu du 12 juillet 2018, est relatif à l'indemnité de panier, dans la branche de l'exploitation cinématographique.

Date de signature :12 juillet 2018
Thématique :Indemnité de panier
Lien vers l'avenant :Cliquez ici
 

Objet de l'accord

- Préambule : la branche de la cinématographie est soumise à des variations de la fréquentation et des modalités de prise des repas à des horaires individualisés en dehors des périodes d'affluence de la clientèle. Ainsi, le présent avenant modifie et remplace la partie d) de l'article 41 de la convention collective nationale de l'exploitation cinématographique, dès lors, les repas pris dans ce contexte donnent lieu à une indemnité de panier fixée selon les conditions ci-après.

- Conditions d'attributions : afin de pouvoir bénéficier de l'indemnité de repas, le personnel doit prendre le repas (déjeuner ou dîner), pendant l'horaire de travail journalier dont l'amplitude équivalente ou supérieure à 8 heures, que si le temps de restauration est inférieur ou égal à 1 heure. De même, le personnel débutant leur service du matin avant 12 heures et ne bénéficiant pas du temps prévu pour sa catégorie, pour déjeuner, a droit à l'indemnité de panier. Enfin, après 0 h 45, toutes les catégories du personnel bénéficient d'une indemnité de panier de nuit (indemnité de repas).

- Montant de l'indemnité de panier : ce montant est fixé à 5,20 € à partir du 1er août 2018.

- Revalorisation annuelle : chaque année, au 1er février, l'indemnité de panier sera réévaluée en fonction de l'évolution du coût de la vie (sur la base de l'indice INSEE).

Textes Attachés : Négociations de branche

13 juin 2018

L'accord non étendu du 20 décembre 2017 concerne les négociations de branche de l'exploitation cinématographique.

Date de signature :20 décembre 2017
Thématique :Négociations de branche
Lien vers l'accord :Cliquez ici
 

Objet

Le présent accord a pour objet de fixer le cadre des négociations obligatoire de branche. Ainsi, il précise les thèmes des négociations et leur périodicité, les modalités selon lesquelles seront déterminés le contenu de chacun de ces thèmes, le calendrier, les lieux de réunions, et les informations remises aux négociations.

 

Thèmes et périodicité des négociations

THEMEPERIODICITEANNEE (1er réunion)
SalairesTous les ans2018
Mesures tendant à assurer l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et mesures de rattrapage tendant à remédier aux inégalités constatéesTous les 3 ans2019
Conditions de travail et prise en compte des effets de l’exposition aux facteurs de risques professionnelsTous les 4 ans2018
Mesures tendant à l’insertion professionnelle et au maintien dans l’emploi des travailleurs handicapésTous les 4 ans2019
Priorités, objectifs et moyens de la formation professionnelle des salariésTous les 2 ans2018
Examen de la nécessité de réviser les classificationsTous les 5 ans2021
Institution d’un ou plusieurs plans d’épargne interentreprises ou plans d’épargne pour la retraite collectifs interentreprises lorsqu’il n’existe aucun accord conclu à ce niveau en la matièreTous les 5 ans2020

A noter que, les périodicités citées ne font pas obstacle à la négociation sur toute autre thèmatique.

 

Contenu et calendrier des négociations

Les partenaires sociaux conviennent de déterminer au 4e trimestre de l'année N-1, les modalités de négociations sur les thèmes retenus pour l'année civile suivante, le contenu de chacun des thèmes négociés et le calendrier.

Modalités des réunions :

- Réunion 1 : Réunion de méthode : rappel du contexte réglementaire et liste les informations souhaitées

- Réunion 2 : Analyse des informations fournies

- Réunions suivantes : Réunions de négociations

 

Lieu des réunions

Le lieu des réunions, décidé paritairement, sera communiqué par écrit, dans un délai raisonnable, préalablement à l’engagement de chacune des négociations.

 

Informations préalables aux négociations

A noter que, pour chaque thème de négociation, la partie patronale remettra aux organisations syndicales représentatives de salariés les éléments d'information préalables à l'engagement des discussions. Ainsi, ces informations préalables seront listées à l'occasion de la réunion de méthode et seront remises dans un délai de 15 jours avant la réunion suivante. Ce délai permettra alors aux organisations syndicales d'en prendre connaissance, d'émettre d'éventuelles observations, de négocier en toute connaissance de cause, et de répondre de manière motivée aux propositions.

Textes Attachés : Mise en place de la commission paritaire permanente de négociation et d'interprétation (CPPNI)

19 janvier 2018

L'avenant n°59 du 11 mai 2017 traite de la mise en place de la commission paritaire permanente de négociation et d'interprétation (CPPNI) dans le cadre de la convention collective de l'exploitation cinématographique. Cet avenant est étendu par arrêté du 11 janvier 2018. En raison de son extension, les présentes dispositions sont applicables à tous les employeurs et tous les salariés entrant dans le champ d'application de cette convention collective.

Date d'extension : JORF n°0014 du 18 janvier 2018
Thématique :Mise en place de la commission paritaire permanente de négociation et d'interprétation (CPPNI)
Date de signature :11 mai 2017
Lien vers l'avenant :Cliquez ici

Objet et champ d'application

L'avenant remplace les dispositions de l'article 17 de la convention collective nationale de l'exploitation cinématographique ainsi que de celles de l'avenant n°49 du 11 juillet 2012. Les présentes dispositions s'appliquent aux employeurs et salariés entrant dans le champ d'application de la présente convention.

 

Missions

La commission paritaire permanente de négociation et d'interprétation représente la branche, exerce un rôle de veille sur les conditions de travail et l'emploi, établit un rapport annuel d'activité permettant de connaître les conditions de travail des salariés et le verse dans la base de données nationale, et peut rendre un avis à la demande d'une juridiction sur l'interprétation d'une convention ou d'un accord collectif.

 

Composition

La commission est composée de deux collèges à parité des représentants des salariés et des employeurs.

Dans le cadre de sa mission de négociation, le collège salariés est composé de trois sièges attribués à chaque organisation syndicale de salariés représentative, et le collège employeurs comprend un nombre de sièges égal.

Dans le cadre de la mise en place des commissions de travail, la composition susmentionnée peut être ramenée à un siège par organisation syndicale de salariés représentative.

Puis, dans le cadre de sa mission d'interprétation, concernant le collège salariés, un siège est attribué à chaque organisation syndicale de salariés représentative. Il en va de même pour le collège employeurs.

 

Fonctionnement

- Périodicité : la commission fixe la périodicité des réunions (ne doivent pas être inférieure à 3 par année civile). Les négociations se tiennent en commission mixte paritaire.

- Secrétariat : le secrétariat est assuré par le collège employeurs. L'adresse postale est : fédération nationale des cinémas français (FNCF), 15, rue de Berri, 75008 Paris et son adresse mail est la suivante : cppni.ec@fncf.org. Il assure la réception et la transmission des documents, s'occupe d'envoyer les convocations et de transmettre les documents utiles aux travaux, et établit le rapport annuel d'activité et recueille les avis de la commission.

- Présidence : un président et un vice-président sont désignés au sein de la commission. Le président est désigné pour un mandat de 2 années civiles. Ils alternent à mi-mandat dans le rôle de président et vice-président.

- Documents nécessaires : la convocation, l’ordre du jour, les documents et éléments préparatoires sont adressés aux membres de la commission par courrier postal ou par voie électronique, dans un délai de 15 jours avant chaque réunion et au plus tard 1 semaines avant.

- Réunions préparatoires : les représentants participant à la commission peuvent se réunir à raison d'une réunion préparatoire par commission paritaire.

- Moyens : la convention collective prévoit le droit d'absence pour participer aux réunions préparatoires et à la commission (article 12). L'avenant n°56 fixent les modalités de remboursement des frais engagés.

- Couverture accidents de trajet : les dispositions légales concernant les accidents de trajet s'appliquent aux membres de la commission.

Textes Attachés : Salaires et réforme des classifications

06 janvier 2018

Textes Attachés : Classifications professionnelles

06 janvier 2018

L'avenant non étendu n°60 du 11 juillet 2017 concerne les classifications professionnelles de la convention collective d'exploitation cinématographique.

Date de signature :11 juillet 2017
Thématique :Classifications professionnelles
Lien vers l'avenant :Cliquez ici

Objet et champ d'application

Le présent avenant vient redéfinir les classifications et s'applique à l'ensemble des entreprises et des salariés relevant de la convention collective nationale de l'exploitation cinématographique.

Ainsi, il annule et remplace les dispositions du 1er de l’avenant n° 16 et l’avenant n° 32 à la convention collective nationale de l’exploitation cinématographique à l’exception des articles 3, 4 et 5 de l’avenant n° 32.

 

Emplois repères

  • Création de nouveaux emplois repères

De nouveaux nouveaux emplois reprères sont créés :

- Agent de cinéma : coefficient hiérarchique 194

- Animateur : coefficient hiérarchique 214

- Agent administratif : coefficient hiérarchique 214

- Agent de cinéma : coefficient hiérarchique 219

- Animateur : coefficient hiérarchique 224

- Agent administratif : coefficient hiérarchique 224

- Agent de cinéma : coefficient hiérarchique 229

- Technicien agent de cinéma : coefficient hiérarchique 236

- Technicien de cinéma : coefficient hiérarchique 239

- Assistant administratif : coefficient hiérarchique 259

- Programmateur : coefficient hiérarchique 265

- Responsable animation : coefficient hiérarchique 265

- Programmateur : coefficient hiérarchique 285

- Adjoint administratif : coefficient hiérarchique 285

- Adjoint administratif : coefficient hiérarchique 300

  • Modification d’intitulé d’emplois repères

Les emplois repères suivants ont changé d'intitulé :

- Agent d’entretien pour agent d’entretien du bâtiment : coefficient hiérarchique 150

- Gardien/agent de sécurité pour gardien/petite maintenance : coefficient hiérarchique 150

- Gardien/agent de sécurité pour gardien/petite maintenance : coefficient hiérarchique 189

- Opérateur : technicien de cinéma pour coefficient hiérarchique 234

- Opérateur chef pour technicien de cinéma qualifié : coefficient hiérarchique 259

- Opérateur hautement qualifié pour technicien de cinéma : coefficient hiérarchique 265 : hautement qualifié

- Opérateur chef d’équipe pour technicien de cinéma chef d’équipe : coefficient hiérarchique 269.

  • Suppression d’intitulé d’emplois repères

Les emplois repères suivants ont été supprimés :

- Agent de comptoir : coefficient hiérarchique 184

- Contrôleur : coefficient hiérarchique 184

- Agent de comptoir : coefficient hiérarchique 189

- Contrôleur principal : coefficient hiérarchique 189

- Contrôleur entretien : coefficient hiérarchique 189

- Chef d’équipe adjoint hall, confiserie : coefficient hiérarchique 214

- Caissier : coefficient hiérarchique 214

- Chef d’équipe hall confiserie/hôte principal : coefficient hiérarchique 224

- Caissier principal : coefficient hiérarchique 224

- Aide opérateur : coefficient hiérarchique 204

 

Nouvelles classifications professionnelles

Le présent avenant prévoit les nouvelles classifications professionnelles composées de 8 niveaux de qualification établis en fonction des compétences requises et répartis de la manière suivante : niveau I à niveau IV : employés, niveau V et niveau VI : agents de maîtrise, niveau VII et niveau VIII : cadres

L'annexe II dudit avenant prévoit la nouvelle grille de classifications.

 

Salaire minimum conventionnel

Les partenaires sociaux ont défini un salaire minimum conventionnel pour chaque niveau et chaque coefficient. Ce salaire est fixé sur la base de la durée mensuelle légale de travail.

De plus, une politique de formation ayant pour objet de répondre aux besoins et enjeux des salariés devra être mise en oeuvre.

Textes Attachés : Salaires minima, indemnités au 1er août 2017 et modification de l'article 43 de la convention collective

15 décembre 2017

Textes Salaires : Salaires minima, indemnités et primes au 1er janvier 2017

09 juin 2017

Cet avenant non étendu n°58 du 24 janvier 2017 est relatif aux salaires minima, aux indemnités et aux primes au 1er janvier 2017 dans le cadre de la convention collective de l'exploitation cinématographique.

Date de signature :24 janvier 2017
Thématique :Salaires minima, indemnités et primes au 1er janvier 2017
Lien vers l'avenant :Cliquez ici

Salaires minima au 1er janvier 2017

En raison de l'augmentation du salaire minimum de croissance au 1er janvier 2017, le barène national des salaires minima pour le personnel des salles de cinéma est actualisé. Des compléments d'ajustement sont créés et ils ont la valeur suivante :

  • 12 € pour le coefficient 150
  • 7 € pour le coefficient 184
  • 2 € pour le coefficient 189

Ces compléments d'ajustement sont intégrés au barème national des salaires minima, qui se trouve en annexe du présent avenant.

 

Indemnités et primes relevant de la convention collective

Ces indemnités sont versées si le temps accordé entre les représentations de la matinée et de la soirée est inférieur à 1h30.

  • Directeurs : 4,87 € d'indemnité de repas ou de panier
  • Assistant directeur, agent administratif *, technicien de maintenance, opérateur chef d'équipe, opérateur hautement qualifié, opérateur chef et responsable hall :
  • - 6,34 € de remboursement de nettoyage de vêtement

    - 4,87 € d'indemnité de repas ou de panier

  • Personnel de cabine :
  • - 6,34 € de remboursement de nettoyage de vêtement

    - 4,87 € d'indemnité de repas ou de panier

  • Personnel de caisse, de contrôle et de hall :
  • - 6,34 € de remboursement de nettoyage de vêtement

    - 4,87 € d'indemnité de repas ou de panier

    - 42,73 € de prime de responsabilité de caisse (pour les établissements réalisant une moyenne hebdomadaire de plus de 4 000 entrées)

  • Personnel de placement :
  • - 6,34 € de remboursement de nettoyage de vêtement

    - 4,87 € d'indemnité de repas ou de panier

* L'agent administratif ne bénéficie pas du remboursement de nettoyage de vêtement.

Textes Salaires : Salaires minima au 1er décembre 2016

20 mai 2017

Cet avenant étendu n°57 en date du 29 novembre 2016 est relatif aux salaires minima au 1er décembre 2016 pour la convention collective de l'exploitation cinématographique. En raison de son extension, les dispositions du présent avenant sont rendues obligatoires à tous les salariés et à tous les employeurs entrant dans le champ d’application de ladite convention collective.

Date d'extension :JORF n°0097 du 25 avril 2017
Thématique :Salaires minima au 1er décembre 2016
Date de signature :29 novembre 2016
Lien vers l'avenant :Cliquez ici

Barème des salaires minima

Les salaires du barème national sont augmentés de 0,5% : en conséquence, à partir du 1er décembre 2016, la valeur mensuelle du point applicable est revalorisée de 0,5% afin d'être portée à 5,2822 €.

Le barème des salaires minima correspondant à cette augmentation se trouve en annexe du présent avenant.

Textes Attachés : Remboursement des frais pour réunions paritaires

15 février 2017

Cet avenant non étendu n°56 du 7 septembre 2016 est relatif au remboursement des frais pour réunions paritaires dans le cadre de la convention collective de l'exploitation cinématographique.

Date de signature :7 septembre 2016
Thématique :Remboursement des frais pour réunions paritaires
Lien vers l'avenant :Cliquez ici

Transports

A condition que le meilleur tarif soit systématiquement recherché, les transports sont pris en charge.

La prise en charge ne concerne que l'utilisation des transports en commun :

- train : dans la limite du plein tarif en deuxième classe. Le remboursement d'un billet de première classe peut être obtenu sur présentation d'un imprimé écran de la grille des prix applicables au moment de la commande.

- avion : dans certains cas en classe économique. Le transport en avion peut être accepté quand le trajet en train est supérieur à trois heures.

Les trajets pour rejoindre la gare ou l'aéroport sont pris en charge sur présentation de justificatifs dans le cas de l'utilisation de transports en commun.

S'il n'y a pas de transport en commun entre le domicile et la gare ou le domicile et l'aéroport, des indemnités kilométriques pourront être versées :

- les kilomètres pris en compte sont ceux parcourus en plus du trajet habituel domicile - lieu de travail

- ces indemnités seront fixées sur la base du montant de la base d'exonération de la sécurité sociale pour un véhicule de 5 CV

- la demande de prise en charge devra être accompagnée de la fiche d'information (indiquant notamment l'adresse du domicile, du lieu de travail et de la gare ou de l'aéroport) et de la carte grise au nom du demandeur

Enfin, une prise en charge des frais de parking pourra être prévue dans la limite de 20 € sur présentation de justificatifs.

 

Déjeuner

Ils sont pris en charge dans la limite de 16,70 € et sur présentation d'un justificatif lorsque les réunions sont prévues sur toute une journée.

 

Hébergement

En principe, l'hébergement n'est pas pris en charge.

Toutefois, un hébergement pourra être pris en charge par la FNCF pour une de ses réunions indépendantes sur présentation d'un justificatif et dans la limite de 90 € TTC pour les personnes dont le temps de trajet en train ou en avion est supérieur à deux heures et dont le déplacement est pris en charge.

Cette prise en charge est identique pour le représentant du syndicat présent la veille sur le lieu de réunion et si le coût du trajet aller - retour est supérieur à 106,70 €.

 

Transmission des justificatifs et délais de remboursement

Les justificatifs devront être envoyés avant le 10 du mois suivant la réunion. Le remboursement aura lieu dans le mois suivant l'envoi des justificatifs avec éventuellement un délai supplémentaire pendant les vacances d'été.

 

Détermination du temps passé

Elle relève de l'entreprise du représentant de syndicat et s'effectue sur la base du code du travail et des règles de l'entreprise.

Textes Attachés : Salaires minima, primes et réduction du temps de travail au 1er octobre 201

23 février 2016

Cet avenant étendu n°55 en date du 20 octobre 2015 fixe les salaires minima, primes et réduction du temps de travail au 1er octobre 2015 des salariés concernés par la convention collective Exploitation cinématographique. De part son extension, les dispositions du présent avenant sont rendues obligatoires à tous les salariés et tous les employeurs entrant dans le champ d'application de ladite convention collective.

Date d'extension :JORF n°0166 19 juillet 2016
Thématique :Salaires minima, primes et réduction du temps de travail
Date de signature :20 octobre 2015
Lien vers l'avenant :Cliquez ici

Barème des salaires minima

A l'issue de la négociation annuelle obligatoire pour 2015, les salaires du barème national sont augmentés de 0,75 % . La valeur du point mensuel est revalorisée de 0,75% et est ainsi fixée à 5,2559 €. Le présent avenant prévoit en les salaires minima revalorisés.

 

Réduction du temps de travail des femmes enceintes

A partir du 6ème mois de grossesse, les femmes enceintes bénéficient d'une réduction de leur temps de travail à hauteur de 5 % de la durée contractuelle, sans que leur salaire ne soit diminué.

 

Congés pour événements familiaux : hospitalisation d’un enfant

Le salarié peut bénéficier d'une absence de 2 jours payés par enfant hospitalisé et par année civile.

Textes Attachés : Mise en place des garanties frais de santé

23 février 2016

Cet accord étendu en date du 16 septembre 2015 est relatif à la mise en place des garanties frais de santé pour la convention collective de l'exploitation cinématographique. De part son extension, les dispositions du présent accord sont rendues obligatoires à tous les salariés et à tous les employeurs entrant dans le champ d’application de ladite convention collective.

Date d'extension :JORF n°0094 du 21 avril 2016
Thématique :Mise en place des garanties frais de santé
Date de signature :16 septembre 2015
Lien vers l'accord :Cliquez ici

Salariés concernés

Les dispositions de cet accord sont applicables au personnel cadre et non cadre des entreprises entrant dans le champ de la convention collective nationale de l'exploitation cinématographique.

 

Caractéristiques de la couverture collective minimale conventionnelle

Les entreprises entrant dans le champ d'application de cet accord doivent souscrire un contrat collectif complémentaire frais de santé pour tous leurs salariés. Elles demeurent libres de choisir l'organisme de leur choix.

Le contrat d'assurance mis en place doit tendre à responsabiliser les assurés et les professionnels de santé en prévoyant un remboursement optimal des frais de santé lorsque le parcours de soins coordonnés est respecté, autrement dit si le patient consulte le médecin traitant avant un spécialiste et en limitant la prise en charge des dépenses.

 

Définition et contenu des garanties minimales

A la date de signature de cet accord, la couverture frais de santé conventionnelle minimale comprend :

- l'intégralité du ticket modérateur à la charge des assurés sur les consultations, actes et prestations remboursables par l'assurance maladie obligatoire ;

- le forfait journalier hospitalier ;

- les dépenses de frais dentaires à hauteur de 25% en plus des tarifs de responsabilité ;

- de manière forfaitaire, la prise en charge des dispositifs médicaux d'optique médicale à usage individuel soumis au remboursement, dans la limite des frais exposés par l'assuré.

 

Possibilités d'aménager la couverture minimale conventionnelle

Une extension optionnelle de garantie frais de santé peut être souscrite soit collectivement par l'employeur (complémentaire collective à adhésion obligatoire), soit individuellement par chaque salarié (complémentaire individuelle à adhésion facultative).

 

Adhésion obligatoire des salariés et dispenses d'affiliation

Cet accord concerne l'ensemble des salariés et employés en contrat à durée indéterminée ou en contrat à durée déterminée et leur adhésion est en principe obligatoire. Il existe toutefois des dispenses d'affiliation pour certains salariés qui sont listés à l'article 9 du présent accord.

 

Modalités de recueil du souhait d'adhésion

Conformément aux dispositions légales, l'employeur est tenu d'informer les salariés de l'existence et de la nature de la couverture collective des frais de santé en vigueur dans l'entreprise et de la possibilité de bénéficier s'il le souhaite d'une dispense d'affiliation. Le salarié souhaitant se prévaloir d'un cas de dispense d'adhésion doit faire part de cette décision par écrit à son employeur et fournir les justificatifs demandés. Cette dispense d'adhésion n'est pas irréversible : le salarié peut toujours revenir sur sa décision et solliciter auprès de l'employeur, par écrit, son adhésion au régime.

 

Suspension du contrat de travail

Cas de maintien des garanties : L'adhésion des salariés au régime est maintenue en cas de suspension de leur contrat de travail s'ils bénéficient pendant cette période soit d'un maintien de salaire, total ou partiel, soit d'indemnités journalières complémentaires financées au moins en partie par l'employeur ou pour son compte par l'intermédiaire d'un tiers.

Autres cas de suspension du contrat de travail : En principe, les garanties frais de santé sont suspendues pendant toute période de suspension du contrat de travail non indemnisée par un maintien de salaire, total ou partiel, ou par le perception d'indemnités journalières complémentaires financées en tout ou partie par l'employeur.

 

Portabilité de la complémentaire frais de santé collective

Les salariés peuvent bénéficier d'un maintien des garanties collectives frais de santé dont ils bénéficiaient dans l'entreprise en cas de rupture de leur contrat de travail non consécutive à une faute lourde et ouvrant droit à une prise en charge par le régime d'assurance chômage.

 

Cessation des garanties

Les garanties cessent pour chaque salarié en cas de :

- rupture du contrat de travail du salarié avec l'entreprise ;

- décès du salarié ;

- dénonciation du présent accord en application des dispositions du code du travail et dans le respect des délais qui y sont prescrits.

Texte de base : Formation professionnelle

23 février 2016

Cet accord étendu en date du 14 septembre 2015 est relatif à la formation professionnelle pour la convention collective de l'exploitation cinématographique. De part son extension, les dispositions du présent accord sont rendues obligatoires à tous les salariés et à tous les employeurs entrant dans le champ d’application de ladite convention collective.

Date d'extension :JORF n°0061 du 12 mars 2016
Thématique :Formation professionnelle
Date de signature :14 septembre 2015
Lien vers l'accord :Cliquez ici

Définition des priorités de la branche et mise en oeuvre de la politique de formation

Champ d'application : Cet accord s'applique à l'ensemble des entreprises qui relèvent des secteurs de l'exploitation cinématographique, de la projection de films cinématographiques et de la distribution de films.

CPNEF-ECDF : Son attribution générale est d'assurer le développement et la sécurité de l'emploi ainsi que la promotion de la formation professionnelle en liaison avec l'évolution de l'emploi.

Observatoire prospectif des métiers, des qualifications et des compétences : Ses travaux permettront à la CPNEF-ECDF de suivre l'évolution de l'emploi, des métiers, des qualifications, des compétences et de la formation dans son périmètre d'intervention.

Attribution du conseil de gestion de la section professionnelle de l'exploitation cinématographique et de la distribution de films de l'AFDAS : Il est chargé de mettre en œuvre la politique de formation professionnelle et de professionnalisation impulsée par le conseil d'administration de l'AFDAS en tenant compte des recommandations de la CPNEF-ECDF.

 

Dispositifs de formation

Contrats de professionnalisation : Ce contrat peut être à durée déterminée ou indéterminée. Il comprend des actions de formation, d'évaluation et d'accompagnement. L'employeur a l'obligation de désigner un tuteur pour encadrer le salarié en contrat de professionnalisation. Les frais de formation pris en charge par l'AFDAS seront plafonnés selon les modalités réglementaires. La base de calcul prise en compte pour le calcul de la rémunération selon les pourcentages fixés par la loi sera le salaire minimum conventionnel dans la limite de 115% du Smic.

Périodes de professionnalisation : La période de professionnalisation a pour objet de favoriser, par des actions de formation, le maintien dans l'emploi des salariés en contrat à durée indéterminée et des salariés occupés dans le cadre d'un contrat unique d'insertion à durée déterminée ou indéterminée. La durée minimale de formation est fixée à 70 heures réparties sur une période maximale de douze mois calendaires. Elle est identique pour tous les salariés et ce quel que soit leur âge. Les formations donnent lieu à un financement de l'AFDAS dans le cadre des fonds mutualisés de la professionnalisation pour les coûts pédagogiques et éventuellement les frais annexes, selon les règles définies par le conseil d'administration de l'AFDAS dans la limite des fonds disponibles.

Compte personnel de formation : L'alimentation du compte se fait à hauteur de 24 heures par année civile de travail à temps complet, dans la limite de 120 heures, puis de 12 heures par année de travail à temps complet, dans la limite d'un plafond total de 150 heures. Les salariés souhaitant bénéficier d'une formation suivie en tout ou partie pendant le temps de travail au titre du compte personnel de formation devront demander l'accord préalable de l'employeur sur le contenu et le calendrier de la formation au minimum 60 jours avant le début de celle-ci en cas de durée inférieure à 6 mois et au minimum 120 jours dans les autres cas. L'employeur dispose d'un délai de 30 jours calendaires pour notifier sa réponse motivée au salarié. L'absence de réponse de l'employeur dans ce délai vaut acceptation de la demande. Les formations donnent lieu à un financement de l'AFDAS de 0,20% pour la prise en charge des coûts pédagogiques et éventuellement des frais annexes et du remboursement d'une partie des salaires à l'employeur, selon les règles définies par le conseil d'administration de l'AFDAS et dans la limite des fonds disponibles.

Entretien professionnel : Chaque salarié bénéficie tous les deux ans d'un entretien professionnel consacré à ses perspectives d'évolution professionnelle, notamment en termes de qualifications et d'emploi. Il donne lieu à la rédaction d'un document dont une copie est remise au salarié. Tous les six ans, l'entretien professionnel donne lieu à un bilan faisant un état des lieux récapitulatif du parcours professionnel du salarié. Un document est également rédigé et remis au salarié.

Participation à un jury d'examen ou de VAE : Lorsqu'un salarié est désigné pour participer à un jury d'examen ou de VAE, il demande par écrit à son employeur, au moins 15 jours calendaires avant le début de la session d'examen ou de validation, l'autorisation de s'absenter en joignant une copie de la convocation qu'il a reçue. L'employeur maintient le salaire pendant cette absence et prend en charge sous certaines conditions les frais de transport, d'hébergement et de restauration.

 

Orientation professionnelle et information des salariés

Conseil en évolution professionnelle : Il est mis en œuvre pour la branche par l'AFDAS et se structure autour d'un accueil individualisé, d'un conseil personnalisé et d'un accompagnement à la mise en œuvre du projet professionnel. Il permet au bénéficiaire :

- de disposer d'un temps d'écoute et de recul sur son parcours professionnel ainsi que d'un suivi par un référent dans les différentes phases du conseil en évolution professionnelle ;

- d'accéder à une information individualisée ;

- d'élaborer une stratégie d'évolution lui permettant de construire ou de préciser son projet professionnel ;

- de vérifier sa faisabilité ;

- de cerner, le cas échéant, les compétences ou les qualifications à faire reconnaître, à acquérir ou à développer ;

- de construire un plan d'actions permettant notamment d'identifier les interlocuteurs, les leviers et les financements disponibles pour mettre en œuvre son projet.

 

Contributions des entreprises

Règles communes à toutes les contributions : Les entreprises versent obligatoirement à l'AFDAS les cotisations légales et les contributions conventionnelles et volontaires. Quel que soit leur effectif, les entreprises doivent également s'acquitter des contributions au titre du congé individuel de formation des salariés sous CDD au taux de 1% sur les salaires versés aux salariés sous CDD.

Contributions légales, conventionnelles et volontaires dans la branche de l'exploitation cinématographique :

- Entreprises de moins de 10 salariés : participation minimale de 0,70% des salaires versés aux salariés sous CDI et sous CDD dont 0,15% au titre du plan de formation de branche conventionnel

- Entreprises de plus de 10 salariés : participation minimale de 1,30% des salaires versés aux salariés sous CDI et sous CDD dont 0,30% au titre du plan de formation de branche conventionnel

- Contribution conventionnelle : 0,15% pour les entreprises de moins de 10 salariés et 0,30% pour les entreprises de plus de 10 salariés

- Contributions volontaires : les entreprises ont la possibilité d'effectuer un versement volontaire à l'AFDAS au-delà de la contribution légale qui leur incombe

Textes Attachés : Réduction et aménagement du temps de travail des directeurs de salles de cinéma

21 novembre 2015

Textes Salaires : Salaires minima, indemnités et primes au 1er août 2014

19 novembre 2014

Textes Salaires : Salaires minima et primes au 1er décembre 2012

04 juillet 2013

Textes Attachés : Emploi des seniors

04 juillet 2013

Textes Attachés : Formation professionnelle

04 octobre 2012

Textes Salaires : Salaires minima pour l'année 2012

06 juillet 2012

Textes Attachés : Remboursement des frais pour réunions paritaires

06 juillet 2012

Textes Attachés : Congé de paternité

06 juillet 2012

JORF n°0042 du 19 février 2011 : Arrêté du 14 février 2011 portant extension d'un avenant à la convention collective nationale de l'exploitation cinématographique (n° 1307)

19 février 2011

Textes Attachés : Financement de la formation continue

21 janvier 2011

Textes Salaires : Salaires

14 janvier 2011

Cinéma (exploitants) : Avenant n° 3 du 9 juin 2010 relatif au financement de la formation continue

11 janvier 2011

Cinéma (exploitants) : Accord « Salaires » n° 44 du 9 juin 2010

11 janvier 2011

Vous pourriez également être intéressé par le(s) produit(s) suivant(s)

PACK Mise en Conformité intégrale toutes entreprises

PACK Mise en Conformité intégrale toutes entreprises

149,90 €
Affichage obligatoire : panneau complet

Affichage obligatoire : panneau complet

19,90 € HT
Panneau d'affichage de la convention collective

Panneau d'affichage de la convention collective

9,90 € HT
Registre unique du personnel

Registre unique du personnel

19,90 € HT

Termes de recherche associés à cette convention

  • Brochure n° 3097
  • IDCC n° 1307
  • Convention 3097
  • Convention 1307
  • cinéma
  • fixations et procédés de reproduction de l´image
  • Ccn cinema
  • Ccn exploitation cinematographique
  • Convention Cinema
  • cinema
  • gaumont
  • pathe
  • UGC
  • Convention Exploitation cinematographique

Sommaire de la convention collective

Convention collective nationale du 19 juillet 1984

Chapitre Ier : Dispositions générales

Section I : Domaine d'application

Champ d'application professionnel

Notion d'ancienneté requise

Durée d'application

Révision et dénonciation

Avantages acquis

Accords particuliers

Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Salariés étrangers

Salariés handicapés

Mise à disposition de la convention collective

Section II : Rapports collectifs et représentation du personnel

Droit syndical et liberté d'opinion

Délégués du personnel, délégués de site et comité d'entreprise

Délégués locaux de branche professionnelle

Financement des oeuvres sociales

Affichage

Section III : Conflits collectifs et litiges individuels

Commission paritaire d'interprétation de la convention collective

Litiges individuels, bureau paritaire de conciliation

Conflits collectifs, commission paritaire professionnelle

La grève

Section IV : Apprentissage

Section V : Formation continue

Section VI : Emplois réservés

Section VII : Hygiène et sécurité

Hygiène et sécurité du personnel des salles

Sécurité des spectateurs

Chapitre II : Conclusion du contrat de travail

Embauchage

Durée des contrats

Qualifications

Période d'essai

Chapitre III : Réglementation du travail

Durée du travail

Emploi des femmes et des jeunes gens

Définition des heures supplémentaires, : complémentaires et du repos compensateur

Vente, mise en gérance

Fermeture temporaire

Chapitre IV : Salaires, primes et remboursement de frais

Section I : Salaires

Paiement de la rémunération

Salaires, coefficients hiérarchiques, indices de référence et salaire minimum professionnel

Garantie annuelle des ressources

Heures de travail non effectuées

Heures de travail après minuit

Détermination des heures supplémentaires et du repos compensateur

Rémunération du personnel de placement au pourboire

Section II : Primes et remboursements de frais

Primes assimilables à un salaire

Primes exceptionnelles et remboursement de frais

Chapitre V : Repos et congés payés

Section I : Repos

Repos hebdomadaire

Jours fériés et 1er mai

Modalités du repos compensateur

Section II : Congés

Congés payés - Le congé payé principal

Congés pour événements familiaux

Congé de paternité

Congés de maternité ou d'adoption

Congé postnatal, congé supplémentaire, congé parental

Congés de formation

Congés pour exercice de fonctions

Congé pour déménagement

Chapitre VI : Maladie et accident

Section I : Indemnisation des maladies et accidents

Dispositions générales

Etablissement d'une distinction entre les différentes causes d'absence

Indemnisation des absences pour maladies, accidents de trajet ou autres survenus hors du cadre

travail

Indemnisation des absences pour accident du travail

Section II : Remplacement

Rémunération

Chapitre VII : Rupture du contrat de travail

Section I : La démission

Forme

Préavis

Section II : Le licenciement

Le licenciement pour motif personnel autre que disciplinaire

Le licenciement pour motif disciplinaire

Le licenciement pour motif économique

Conséquences du licenciement

Section III : Départ à la retraite

Procédure

Indemnité de fin de carrière

Retraite complémentaire

Section IV : Obligations militaires

Service national

Rappel au service national, service préparatoire

Textes Attachés

Classifications

Directeurs

Clauses communes

Directeur (niveau IV, échelon 5)

Directeur (niveau IV, échelon 4)

Directeur (niveau IV, échelon 3)

Directeur (niveau IV, échelon 2)

Directeur (niveau IV, échelon 1)

Directeur (niveau V)

Assistants-directeurs

Clauses communes

Assistant-directeur (niveau II, échelon 1)

Assistant-directeur (niveau III, échelon 3)

Assistant-directeur (niveau III, échelon 2)

Adjoint de direction (niveau III, échelon 1)

Agent administratif (niveau II, échelon 1)

Personnel de cabine

Clauses communes

Opérateur (niveau II, échelon 2)

Opérateur chef (niveau III, échelon 5)

Opérateur hautement qualifié (niveau III, échelon 4)

Opérateur chef d'équipe (niveau III, échelon 3)

Technicien de maintenance (niveau IV, échelon 5)

Aide-opérateur (niveau II, échelon 5)

Apprenti-opérateur

PERSONNEL DE CAISSE, DE CONTRÔLE ET DE HALL

Clauses communes

Personnel de caisse, de contrôle et de hall

Contrôleur (niveau I, échelon 2)

Contrôleur entretien (niveau I, échelon 1)

Contrôleur principal (niveau I, échelon 1)

Inspecteur de salle (niveau II, échelon 4)

Caissier ou caissière (niveau II, échelon 4)

Caissier principal (niveau II, échelon 3)

Personnel de placement

Ouvreuse-placeur (niveau I, échelon 5)

Chef ouvreuse, chef placeur (niveau I, échelon 3)

Personnel de service

Gardien toutes mains (niveau I, échelon 1)

Personnel de nettoyage (niveau-I, échelon 5)

Gardien (niveau I, échelon 5)

Tableau des classifications

Modification de la classification

Intégration des nouveaux emplois de l'exploitation cinématographique

Formation continue

I. - Plan de formation de l'exploitation cinématographique

II. - Congé individuel de formation

Le droit au congé

La demande de congé

La rémunération

Effet du congé formation sur le contrat de travail

III - Congé jeunes travailleurs

Effet du congé formation sur le contrat de travail

IV - Congés d'éducation ouvrière et de formation syndicale

Définition

Durée

Bénéficiaires

Rémunération

Conditions d'octroi

Maternité et contrat de travail

Statut protecteur

Certificat médical

1. - La grossesse et le contrat de travail

Embauche

Période d'essai

Mutation et changement d'affectation

2. - La maternité et la suspension du contrat de travail

Congés de maternité

Congés payés

Congés d'adoption (cf. article 47 b de la convention collective)

Congé postnatal

Congé parental d'éducation ou tavail à mi-temps

3. - Maternité et rupture du contrat de travail

Démission

Licenciement

Fin du contrat de travail à durée déterminée

Contrat à durée déterminée

1. Limitation du recours à des contrats à durée déterminée

2. Forme et contenu du contrat

Exigence d'un écrit

Mentions obligatoires

3. Suspension du contrat

Mentions obligatoires

4. Cessation du contrat

Arrivée du terme

Rupture anticipée

Indemnités de fin de contrat

5. Poursuites des relations contractuelles

Transformation en contrat à durée indéterminée

Conclusion d'un nouveau contrat à durée déterminée

Apprentissage

1. Conditions nécessaires à la conclusion d'un contrat d'apprentissage

2. Le contrat d'apprentissage

3. Obligations des parties

4. Conséquences du contrat

5. Les centres de formation d'apprentis

Emplois réservés

I. - Les employeurs assujettis à l'obligation d'emploi des mutilés de guerre et des handicapés

II. - Les bénéficiaires des emplois réservés

Mutilés de guerre

Handicapés

III. - L'obligation d'emploi

Pourcentage de prioritaires à employer

Effectif de l'établissement sur lequel s'appliquent les pourcentages légaux d'emploi

Décompte des bénéficiaires employés

Préavis et rémunération

Abattement

IV. - Les obligations administratives incombant à l'employeur

La déclaration annuelle

La réservation des emplois

Déclaration de vacance d'emploi

V - Sanctions du non-respect de ses obligations par l'employeur

Paiement d'une redevance

Calcul de la redevance

Exonération de la redevance

Réduction de la redevance

Retraite complémentaire

I. - Dispositions générales

II. - Les bénéficiaires

III. - Cotisations

1. L'assiette

2. Taux

3. Points cotisés

4. Points gratuits

IV. - Pension de retraite

1. Conditions d'ouverture des droits

2. Calcul de la retraite

3. Liquidation et versement de la retraite

V. - Droits de réversion

Prévoyance

1. Décès, invalidité absolue et définitive

2. Décès accidentel

3. Double effet

4. Incapacité Rente invalidité

5. Cotisation

6. Date d'application

Aménagement et la réduction de la durée du travail dans les entreprises de l'exploitation cinématographique

Champ d'application

1. Réduction de la durée du travail

2. Annualisation de la durée du travail pour le personnel à temps complet

3. Modalités de mise en oeuvre de la réduction et de la modulation de la durée du travail

4. Travail à temps partiel mensuel

5. Travail à temps partiel annualisé (emplois intermittents)

6. Demande d'extension

Annexe I à l'accord-cadre sur l'aménagement et la réduction de la durée du travail dans les

de l'exploitation cinématographique

Conditions et modalités d'application de la loi Robien

Annexe II à l'accord-cadre sur l'aménagement et la réduction de la durée du travail dans les

de l'exploitation cinématographique

Exemple de réduction de la durée du travail d'un salarié à temps partiel

Modification de l'accord-cadre ARTT

Réduction du temps de travail des directeurs de salles de cinéma

Préambule

1. Entreprises concernées par le présent accord

2. Modalités de la réduction du temps de travail

3. Amplitude de la journée de travail

4. Repos hebdomadaire

5. Salaire

6. Gel des primes d'ancienneté

7. Commission paritaire de suivi

8. Application de l'accord

9. Demande d'extension

Repos quotidien

Pauses et coupures

Dispositions relatives aux pauses et aux coupures

Heures de délégation

Annexe

Age de départ en retraite

Journée de solidarité

Préambule

Détermination du jour de solidarité

Incidences sur le contrat de travail et accords collectifs

Salariés ayant déjà effectué leur journée de solidarité

Eléments variables de la rémunération

Entrée en vigueur

Repos quotidien

Formation continue

Titre Ier : Définition des priorités de la branche et mise en oeuvre de la politique de formation

TIitre II : Les dispositifs de formation

Titre III : Les contributions des entreprises

Chapitre Ier : Les entreprises employant au minimum 10 salariés

Chapitre II : Les entreprises occupant moins de 10 salariés

Chapitre III : Dispositions générales

Titre IV : Modalités d'application

Création d'une CPNEF

Chapitre Ier : La CPNEF plénière

Chapitre II : La commission exploitation cinématographique de la CPNEF

Chapitre III : Commission distribution de films de la CPNEF

Chapitre IV : Entrée en vigueur et durée de l'accord

Remboursement de nettoyage de vêtements

Adhésion de l'UNSA spectacle et communication à des textes complémentaires

Congé de paternité

Préambule

Remboursement des frais pour réunions paritaires

Préambule

Formation professionnelle

Titre Ier : Définition des priorités de la branche et mise en uvre de la politique de formation

Titre II : Dispositifs de formation

Titre III : Contributions des entreprises

Chapitre Ier : Règles communes à toutes les contributions

Chapitre II : Taux de contributions et répartition des contributions

Titre IV : Modalité d'application

Création d'une commission paritaire nationale de validation

Annexes

Temps partiel

Réduction et aménagement du temps de travail des directeurs de salles de cinéma

Préambule

Chapitre Ier Révision de l'accord

Chapitre II Effet de l'accord

Chapitre III Durée, Dépôt et extension

Mise en place des garanties frais de santé

Annexes

Décrets

Extrait loi n°89-1009

Lexique

Salaires minima, primes et réduction du temps de travail au 1er octobre 201

Annexe

Textes Salaires

Salaires

Prime de panier et remboursement de nettoyage de vêtement.

Salaires (modification de coefficient)

Salaires et primes

Annexe

Salaires et primes pour 2008

Annexe

Salaires minima et coefficients

Annexe

Salaires

Annexe

Salaires minima pour l'année 2012

Annexes

Salaires minima et primes au 1er décembre 2012

Annexe

Salaires minima, indemnités et primes au 1er août 2014

Annexe

Textes Extensions

ARRETE du 24 octobre 1986

ARRETE du 1 mars 1989

ARRETE du 15 décembre 1997

ARRETE du 20 mars 2000

ARRETE du 10 novembre 2000

ARRETE du 30 juillet 2001

ARRETE du 5 février 2002

ARRETE du 23 mars 2004

ARRETE du 13 avril 2005

ARRETE du 29 juin 2005

ARRETE du 13 juillet 2005

ARRETE du 18 août 2005

ARRETE du 8 février 2007

Formation professionnelle

Convention collective nationale du 19 juillet 1984

Textes Attachés

Avenant n°1 du 26 décembre 1985

Formation professionnelle.

Textes Extensions

ARRETE du 16 avril 1986

Gestion des plans de formation

Convention collective nationale du 19 juillet 1984

Textes Attachés

Dénonciation de la CNRL de l'accord du 24 juin 1992

Textes Extensions

ARRETE du 2 juillet 1993

Participation des entreprises dont l'effectif est inférieur à 10 salariés au financement de la formation professionnelle

le secteur du cinéma et de l'audiovisuel

Convention collective nationale du 19 juillet 1984

Textes Extensions

ARRETE du 13 décembre 2000

Accord du 27 mai 2004

Droits couverts

Financement du dispositif

Conseil de gestion

Rôle et missions du conseil de gestion

Règles de prise en charge et d'étude des dossiers

Commissions paritaires d'étude de dossiers

Recours gracieux

Champ d'application

Durée, dépôt et demande d'extension

Textes Attachés

Modification de l'article 8 de l'accord national professionnel du 27 mai 2004 relatif à la gestion des congés individuels de formation

Lettre d'adhésion du syndicat de la distribution directe (SDD) à l'accord national professionnel du 27 mai 2004

Textes Extensions

ARRETE du 19 mars 2007

ARRETE du 16 juillet 2007

Création d'une CPNEF

Chapitre Ier : La CPNEF plénière

Chapitre II : La commission exploitation cinématographique de la CPNEF

Chapitre III : Commission distribution de films de la CPNEF

Chapitre IV : Entrée en vigueur et durée de l'accord.

Textes Extensions

ARRETE du 28 mars 2006

Remboursement des frais pour réunions paritaires

Salaires minima au 1er décembre 2016

Salaires minima, indemnités et primes au 1er janvier 2017

* Les activités correspondantes à cette CCN sont proposées à titre indicatif. Pour rappel, l'article L2261-2 du Code du travail stipule :

"La convention collective applicable est celle dont relève l'activité principale exercée par l'employeur. En cas de pluralité d'activités rendant incertaine l'application de ce critère pour le rattachement d'une entreprise à un champ conventionnel, les conventions collectives et les accords professionnels peuvent, par des clauses réciproques et de nature identique, prévoir les conditions dans lesquelles l'entreprise détermine les conventions et accords qui lui sont applicables."

Une question sur un produit, sur votre commande, ou besoin d'un devis ?

Contactez notre support client :

Par téléphone

04 67 65 04 14

9h30 - 12h30 / 14h - 17h

Par mail

Une question juridique ?

Nos juristes spécialistes vous rappellent avec la réponse.