mise à jour 43 salaire minima

Cet avenant non étendu n°61 en date du 5 avril 2016 instaure un article 3.14 au sein du chapitre III « Contrat de travail. – Conditions d’exécution. – Salaires et appointements ». Le présent avenant s’applique aux entreprises relevant du champ d’application défini par la convention collective des entreprises d’installation sans fabrication, y compris entretien, réparation, dépannage, de matériel aéraulique, thermique, frigorifique et connexes.

Nature de la mise à jour

CCN :AERAULIQUE
(Brochure : 3023 | IDCC : 1412)
Date de signature :5 avril 2016
Thématique :Clause de non-concurrence des contrats des salariés non cadres
Lien vers l’avenant :Cliquez ici

Contenu de la mise à jour

Clause de non-concurrence

  • Objet de la clause

La clause de non-concurrence permet d’interdire à un ancien salarié d’exercer une activité professionnelle concurrente portant atteinte aux intérêts de son ancien employeur. Dans le cadre d’une telle clause, l’ancien salarié ne pourra pas user des connaissances acquises chez son ancien employeur au profit d’un nouvel employeur ou dans la gérance de sa propre entreprise.

  • Validité de la clause

La clause de non-concurrence ne pourra être valable uniquement si elle respecte certaines conditions de validité :

  • La clause de non-concurrence est uniquement possible pour les salariés non cadres de niveaux IV et V.
  • La clause de non-concurrence ne peut pas excéder une durée de 1 an.
  • La clause de non-concurrence doit mentionner le périmètre géographique de celle-ci.
  • La clause de non-concurrence doit prévoir une contrepartie financière mensuelle, devant être égale aux 5/10 du salaire moyen des 3 derniers mois. La contrepartie financière sera de 6/10 au minimum en cas de licenciement et tant que le salarié n’a pas trouvé d’emploi.
  • Renonciation

L’employeur a la faculté de renoncer à l’application de ladite clause, et par conséquent se dégage de l’obligation du versement de la contrepartie financière. Néanmoins, pour renoncer à la clause de non-concurrence, l’employeur doit prévenir le salarié par écrit dans un délai de 30 jours à compter :

  • De la date de présentation de la lettre recommandée de rupture
  • De la date de remise de la lettre de démission
  • De la date de fin de contrat en cas de rupture conventionnelle et au plus tard à la date de départ effectif du salarié.
  • Particularité de la clause

A noter que ;

  • La clause n’est pas applicable pendant une période d’essai.
  • La clause n’est pas applicable aux CDD.
  • Aucun accord d’entreprise ou clause contractuelle ne peuvent déroger à ces dispositions dans un sens moins favorable.

Convention collective Aéraulique IDCC 1412

Disponible en PDF, livre ou en abonnement illimité (avec alertes de mises à jour)

Accédez à la CCN IDCC 1412

Les dernières mises à jour concernant la brochure 3023

2015-09-22 : Instauration d'un régime de frais de santé
2015-09-04 : Prévoyance
2014-10-03 : Contrat de génération
2013-09-13 : Forfait annuel en jours
2013-06-26 : Salaires minima et primes
2012-12-19 : FTM CGT
2012-06-13 : Prévoyance
2012-06-13 : Formation professionnelle
2012-05-11 : Salaires minima et primes au 1er janvier 2012
2011-12-24 : Adhésion de l'UNICPRO à la convention
2011-09-23 : Forfait annuel jours
2011-09-20 : Période d'essai
2011-09-20 : Accord du 7 février 2011 relatif à la commission de validation des accords collectifs
2011-09-20 : Commission de validation des accords collectifs
Une question concernant une convention collective ? Concernant le droit social plus généralement ?
→ Nos juristes spécialistes vous répondent clairement et rapidement.
Comment ça marche ?
Je pose ma question ▶
À propos de l'auteur

Amandine Jacquel - Juriste au sein des Editions Legimedia.

Diplômée d'un Master II en Droit des affaires, je suis juriste au sein des Éditions Legimedia. Forte de mes précédentes expériences au sein de grands groupes, j'ai développé des compétences dans les domaines du droit social - droit de la consommation - droit de la concurrence - droit de la distribution - droit de l'internet et du droit de la propriété intellectuelle. [...]

À lire dans la catégorie Mises à jour des conventions collectives
20 août 2019

Convention collective 3276 : Agenda social CPPNI 2019

mise à jour 1794 : agenda social CPPNI 2019
L’accord non étendu du 18 janvier 2019 est relatif à l’agenda social de la CPPNI pour l’année 2019 dans le cadre de la convention collective des institutions [...]

Lire la suite →

20 août 2019

CCN 914 : Taux effectifs garantis annuels, aux RMH et primes au 1er mai 2019

mise à jour 1794 : agenda social CPPNI 2019
L’accord non étendu du 16 avril 2019 est relatif aux taux effectifs garantis annuels, aux rémunérations minimales hiérarchiques et aux primes à compter du 1er mai [...]

Lire la suite →

19 août 2019

CCN 1164 : Rémunérations minimales hiérarchiques au 1er mai 2019

mise à jour 1794 : agenda social CPPNI 2019
L’accord non étendu du 8 mars 2019 est relatif aux rémunérations minimales hiérarchiques au 1er mai 2019 dans le cadre de la convention collective des industries [...]

Lire la suite →

19 août 2019

CCN 1164 : Rémunérations annuelles garanties pour l’année 2019

mise à jour 1794 : agenda social CPPNI 2019
L’accord non étendu du 8 mars 2019 est relatif aux rémunérations annuelles garanties pour l’année 2019 dans le cadre de la convention collective des industries [...]

Lire la suite →

19 août 2019

Convention collective 3614 : Salaires au 1er février 2019

mise à jour 1794 : agenda social CPPNI 2019
L’avenant n°91 du 29 janvier 2019 est relatif aux salaires au 1er février 2019, dans le cadre de la convention collective coopératives agricoles. Cet avenant est [...]

Lire la suite →

À propos du blog des Éditions Legimedia

Les articles juridiques du blog des Éditions Legimedia sont rédigés en interne par des juristes spécialisés en droit social, après un travail de recherche approfondie, afin de vous apporter des informations claires, à jour des dernières dispositions légales et conformes.

Ce blog propose différentes catégories et thématiques liées à l’actualité du droit du travail et des conventions collectives (champs d’application, salaires, horaires de travail, congés, formation professionnelle, etc.), aux obligations de l’employeur en matière de sécurité et d’affichage, aux registres obligatoires ou encore à la mise en conformité d’une entreprise selon le code du travail.